Archives par étiquette : spiritualité

La Diversité Spirituelle  : pourquoi une association  ?

Le président de la Diversité Spirituelle, Jean-Luc Martin-Lagardette, présente ici les valeurs vitales portées par l'association. Il fait part de ses objectifs et de son souhait que la spiritualité soit reconnue dans le champ public comme une composante naturelle d’une société ouverte, diverse et ainsi plus fraternelle.

Peu avant la parution au J.O. de la création de l’association la Diversité Spirituelle, en octobre 2022, le co-fondateur de la DS s’exprimait dans une déclaration sur son engagement pour la DS :

«L’association de la DS, la Diversité Spirituelle, a vu le jour le 1er décembre 2022. 

Son objectif : Faire connaître le vécu et les actions de personnes qui reconnaissent la primauté de l'Esprit et qui, engagées dans diverses démarches spirituelles, accordent une priorité quotidienne à l'amour, la liberté, le bien et la vérité. Faire reconnaître la spiritualité ou la transcendance dans la société française en lui donnant toute sa place dans le débat public. 

Aperçu du site de la Diversité spirituelle

J’ai accepté d’en assurer la présidence parce que je suis engagé à soutenir les initiatives d’individus qui œuvrent, par des voies diverses, à l’émergence d’un monde conscient, responsable et fraternel.

La chaîne YouTube de la DS fait connaître ces personnes innombrables qui témoignent de leur vécu particulier dans le domaine mal connu de la spiritualité.

Nous croyons en l’Amour et en la Lumière, en la sensibilité et en l’intelligence.

La violence qui chaque jour partout sur le Globe meurtrit les hommes n’est pas une fatalité. Nous pouvons éviter le chaos, à condition que les bonnes volontés s’affirment et s’unissent en surmontant l’obstacle des frontières et des étiquettes de toute nature.

La DS accueille des individus, croyants ou non mais tous se sachant reliés par l’Esprit, que l’orgueil et la cupidité révolte et qui s’engagent pour construire une Humanité digne des plus belles valeurs que son Histoire ait jamais portées. »

Diversité Spirituelle : pour nous soutenir

Vous appréciez les vidéoconférences postées gratuitement sur notre chaîne YouTube de la Diversité Spirituelle (DS)  ? Vous pouvez alors faire un don à l’Association Grilles de Lecture (AGL) qui, en collaboration avec Débredinoire, organise ces rencontres.

conferance-bintu-mulongo

Visioconférence avec Bintu Mulongo

Bonne nouvelle : une fois inscrit par l’intermédiaire du lien figurant sur le communiqué annonçant chaque vidéoconférence d’un Acteur de la Diversité Spirituelle, vous pouvez désormais y participer gratuitement.

Il vous suffit de vous inscrire un peu à l’avance, grâce au lien indiqué dans l’article ou le communiqué d’annonce, pour recevoir ensuite un lien zoom.

Visioconférence Christian Roesch

Visioconférence avec Christian Roesch

Cela dit, vous pouvez aussi aider l’association AGL à organiser ces rencontres en faisant un don par le biais de HelloAsso :

  • Soit au moment de vous inscrire sur la billetterie et en rajoutant un montant libre,
  • Soit avec le lien donation ci-dessous.

Motivations

L’Association Grilles de Lecture (AGL), en collaboration avec le site Débredinoire, a choisi d’écouter des citoyens et citoyennes qui vivent une spiritualité en actes. Par le biais de vidéoconférences, elle donne un écho à la façon dont elles ressentent, expriment et concrétisent leur réalité intérieure.

Les Acteurs de la Diversité Spirituelle (DS) exposent les éléments marquants de leur foi ainsi que leurs motivations.

Les conférenciers interviennent toujours en leur nom personnel, qu’ils soient ou non, par ailleurs, membres d’une religion ou d’une minorité spirituelle ou philosophique.

Il s’agit, pour AGL, de promouvoir la Valeur spirituelle dans sa diversité, de rendre visible le lien d’Esprit qui unit tous les êtres, chacun développant son originalité en complémentarité avec celle des autres.

Les conférences sont enregistrées et font l’objet ensuite de montages visibles gratuitement sur la chaîne YouTube de la DS (les participants ne sont pas filmés).

L’équipe de la DS 

Guy Curcio, physicien, ingénieur, théosophe  :
« LHomme nest pas limité à son corps, ses pensées, ses émotions  ; il est pure Conscience… en chemin vers la Réintégration Divine ».
Daniel Jacquier, ingénieur informatique  :
« La liberté spirituelle pour soi passe par le respect de la religion de l’autre. »
Laurent Ladouce, consultant, directeur de culture-et-paix.org  :
« Vivre pour les autres. »

Jean-Luc Martin-Lagardette (président AGL), journaliste, essayiste, apprenti Humain  :
« La connaissance de soi et des autres favorise la perception de l’Esprit en tant que Réalité qui nous unit par delà et à travers les apparences. »
Michel Raoust Michel Raoust, chef d’entreprise, président d’association  :
« De formation scientifique poussée, je suis fasciné de constater à quel point Science et Spiritualité se rejoignent de plus en plus dans une explication rationnelle du monde. La découverte de démarches spirituelles différentes de la mienne me permet d’élargir mon horizon. Dans une culture où le matérialisme est martelé à chaque instant, c'est aussi un acte militant. »

Assister aux vidéoconférences de la Diversité Spirituelle : c’est gratuit !

Bonne nouvelle : sous réserve de s’inscrire au préalable par l’intermédiaire du lien figurant sur le communiqué annonçant la vidéoconférence des Acteurs de la Diversité Spirituelle, la participation est désormais gratuite pour tous.

Démentant la fameuse formule nietzschéenne (« Dieu est mort ! »), Dieu donne de nos jours de multiples signes de vie. De partout, fleurissent, s’agitent et œuvrent des hommes et des femmes s’inspirant de Lui, soit au sein des religions constituées, soit sous des formes originales, ancestrales ou inédites. Sous cette appellation ou d’autres, comme Amour, Lumière, Esprit, Conscience, Énergie, Transcendance, etc., Il apparaît comme un facteur désormais incontournable. Embarrassant tant pour les sociétés matérialistes que pour les dogmes installés, Il questionne chaque individu sur le sens qu’il veut donner à son existence.

Les grands médias sont mal à l’aise avec cette dimension de l’actualité. Soit ils font l’impasse sur ces acteurs nouveaux et différents, soit même, parfois, ils les combattent.

Tout profil est bienvenu

L’Association Grilles de Lecture (AGL), en collaboration avec le site Débredinoire, a choisi d’écouter ces personnes. Et de donner un écho à la façon dont elles expriment et concrétisent cette réalité intérieure.

Par le biais de vidéoconférences, AGL offre aux Acteurs de la Diversité Spirituelle (DS) d’expliquer comment leur foi les a motivés. L’intérêt est de faire connaître à nos contemporains les résultats tangibles de leur conviction. Tout type de profil est bienvenu, y compris athée. Une condition : que la personne reconnaisse la primauté de l’Esprit et de la Liberté et soit engagée dans l’action fraternelle.

Les conférenciers interviennent toujours en leur nom personnel, qu’ils soient ou non, par ailleurs, membres ou non d’une religion ou d’une minorité spirituelle.

Il s’agit, pour AGL, de promouvoir la valeur spirituelle dans sa diversité, domaine parfois méprisé et dont la connaissance, en France particulièrement, est assez lacunaire.

Participer gratuitement

Lancé en octobre 2020, le cycle des Acteurs de la DS avait d’abord demandé au public de s’acquitter d’un droit d’entrée pour pouvoir participer en direct aux conférences. Il fallait en effet réunir de quoi financer l’organisation de ces rendez-vous.

Désormais, la participation est entièrement gratuite. Il suffira simplement de s’inscrire un peu à l’avance pour recevoir le lien zoom.

Le financement du projet s’effectuera par d’autres moyens, notamment les donations. Si vous souhaitez contribuer à notre action, n'hésitez pas à cliquer sur le bouton pour vous rendre sur le site d'HelloAsso.

Propulsé par HelloAsso

Les conférences sont enregistrées et font l’objet ensuite de montages visibles gratuitement sur la chaîne YouTube de la DS (les participants ne sont pas filmés).

J-L Martin-Lagardette : je suis interviewé à propos de mon roman par Joëlle Verain, de IdFM radio

Joëlle Verain, qui anime l’émission « Au delà du miroir » sur IdFM radio, a lu avec attention mon livre « La Dame au millepertuis » et a voulu m’interviewer. Une heure de conversation sur des thèmes actuels à écouter sans modération.

>> CLIQUEZ ICI pour écouter  l'émission <<

« La Dame au millepertuis », un cocktail de thèmes sensibles (amour, dépression, féminisme, science et religion, place des médecines douces dans le système de santé, etc.) qui peuvent toucher celles et ceux qui s'appliquent à voir au delà des apparences  :

« Rien ne prédestinait Laure-Anne, issue de la petite bourgeoisie catholique, à devenir la cible des autorités sanitaires et une figure emblématique des défenseurs des médecines douces.
Et personne ne pouvait deviner qu’elle allait en outre bousculer le dogme le plus tenace de la principale religion de France : la masculinité de l’incarnation divine.
Le député-narrateur du roman fut intrigué puis bouleversé par sa rencontre avec Laure-Anne.
Placé par sa fonction au cœur de l’action publique, nul mieux que lui ne pouvait témoigner de l’impact que peut avoir sur la société le choix d’une âme humaine qui choisit, en toute simplicité, de se donner à l’Amour. »

Joëlle Verain, qui m’interroge, anime l’émission « Au-delà du miroir ». La première émission « Au-delà du miroir » date de 1986. Plusieurs animateurs et animatrices se sont succédés autour de la spiritualité, de l’ésotérisme, la parapsychologie. Cette émission a pour but de réfléchir sur de nombreuses questions existentielles comme notre place sur cette Terre, « la vie après la mort » mais aussi sur les schémas de conscience émergents, sur les civilisations disparues ou l’ufologie.

> Erratum : Spinoza n'était pas protestant, comme suggéré dans l'émission, mais juif marrane.

 

Diversité spirituelle : bientôt un cycle de conférences au Forum 104 (Paris)

L’Association Grilles de Lecture (AGL) projette un cycle de conférences originales avec des représentants de la diversité spirituelle, riches d’une expérience à découvrir. Bien que pacifiques et légales, les minorités spirituelles sont parfois stigmatisées, même en France. AGL leur donne une parole publique qui leur est souvent refusée. Et engage le débat.

Les thèmes et les intervenants du Cycle de conférences organisé par l’Association Grilles de Lecture (AGL) au Forum 104 (Paris) sont choisis sous sa responsabilité et en toute indépendance.

Les personnes expliquent comment leur croyance les a motivées. L’intérêt est de faire connaître les résultats tangibles de leur conviction, non d’en faire l’apologie. Les critères de sélection des intervenants sont la réalité des actions menées, dans le respect des règles et principes républicains, dans la liberté, la tolérance et la non violence. Tout type d’engagement est bienvenu, y compris athée, à la condition qu’il reconnaisse la primauté de l’Esprit dans l’Homme.

Les personnes qui interviennent, en leur nom personnel, sont aussi membres ou sympathisantes de minorités spirituelles ou philosophiques pouvant déplaire à certains. Ces minorités sont parfois objet de dénigrement, de discrimination voire de « dénonciation » par certaines entités privées ou publiques, ou par les médias.

Or, elles regroupent des citoyens qui ont, théoriquement, les mêmes droits que ceux de tous les autres, notamment le droit d’exprimer publiquement leurs idées, droit qui leur est souvent dénié. Elles sont pacifiques, ne sont pas interdites par la loi et ont une expérience, accumulée depuis des décennies, qu’il nous semble intéressant d’exposer à nos concitoyens.

Il s’agit, pour AGL, de défendre la liberté d’expression – qui est sa motivation essentielle – dans un domaine, celui de la diversité spirituelle, où la culture générale de nos contemporains est à la fois lacunaire et faussée par une paranoïa artificiellement entretenue.

Plusieurs conférences-débats seront proposées au Forum 104, 104 rue de Vaugirard, 75006 Paris, en semaine, tout au long de l’année.

  - Pour connaître LES PROGRAMMES -  
 - inscrivez votre adresse mail - 
  - dans le cartouche ci-contre -  
 - en haut à droite : - 
  - « Abonnez-vous à Débredinoire » -  

 - ou abonnez-vous à Facebook Débredinoire

Les intervenants pressentis 

- Amaddhyya : Ahmed Naaser.

- Franc-Maçonnerie/Grande Loge de France : Jean-Luc Maxence.

- Scientologie : Michel Raoust.

- Alliance universelle : Pierre Moorkens.

- Copte

- Anthroposophie

- Sikh, etc.

* AGL, présidée par J-L Martin-Lagardette, a pour objet « la conception, l’organisation et la médiatisation de manifestations et d’événements culturels, spirituels ou philosophiques ».

 En Une : Logo du Forum 104.

 

 

 

La «tentation du Bien» est-elle vraiment «plus dangereuse que la tentation du Mal» ?

Dans sa lettre n° 152 de mars 2017, l’association Démocratie & Spiritualité publie une chronique de Bernard Ginisty dans laquelle il semble cautionner les idées émises par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, l’historien Todorov et le philosophe Emmanuel Levinas. Trois idées qui sont pour moi au moins des contresens.

Bernard Ginisty.

Imprécision des termes ou erreurs de pensée ? Dans la dernière de sa lettre (mars 2017), l’association Démocratie & Spiritualité publie une chronique de Bernard Ginisty qui met en avant trois idées qui me semblent bien moins évidentes qu’elles n’y paraissent.

L’association Démocratie & Spiritualité  « souhaite apporter sa contribution au débat qui anime aujourd'hui notre pays et plus largement l'Europe sur la place des religions dans les sociétés démocratiques. Cette question revêt cependant un caractère spécifique en France du fait de la charge symbolique du thème de la laïcité et de ses applications différentes selon les définitions que l'on en donne.

Elle s’adresse en particulier aux personnes qui se reconnaissent une responsabilité d’acteurs dans la vie sociale et son prêtes au débat et à l’action. Elle souhaite favoriser un dialogue entre décideurs, acteurs sociaux et intellectuels que ces questions interpellent ».

C'est donc en réponse à cet appel au dialogue que je publie cet article.

« La tentation du Bien »

Pour Todorov, note Bernard Ginisty, « la tentation du Bien semble beaucoup plus dangereuse que la tentation du Mal (…) Tous les grands criminels de l’histoire ont été animés par le désir de répandre le Bien. Hitler, notre mal exemplaire, souhaitait le Bien pour la race élue germanique aryenne. C’est encore plus évident pour le communisme ».

Tzvetan Todorov.

Cette formulation, la « tentation du Bien », est pour le moins malheureuse, voire pernicieuse. En effet, elle peut conduire à penser que vouloir le Bien est malsain ! Et qu’il faut donc dépasser la morale, abandonner l’idée que le Bien est une valeur à rechercher, etc.

En fait, ce n’est pas la tentation du Bien qui est dangereuse, c'est la volonté d’imposer ce qu’on estime être le Bien à autrui qui est condamnable, ce n’est pas du tout le même chose.

Être « tenté » par le Bien pour soi, pour se perfectionner ou s’épanouir soi-même, c'est au contraire une excellente chose, à encourager chez tous. Car c’est alors qu’on se sent responsable, que l’on se propose d’être un exemple pour les autres, ce qui est le meilleur moyen pour les influencer sans les contraindre.

Cette formulation, la « tentation du Bien », me paraît donc maladroite et contreproductive, si on ne précise pas immédiatement « dès lors que l'on veut imposer à autrui sa propre vision du Bien ».

« La théorie de l’Un »

Boris Cyrulnik.

Ensuite, M. Ginisty rapporte dans sa chronique que Boris Cyrulnik s’interroge pour savoir comment une idéologie ou une religion peut conduire à la tuerie. « La bascule se fait, écrit-il, lorsqu’on se soumet à la théorie de l’Un. Si l’on en vient à penser qu’il n’y a qu’un vrai dieu, alors les autres sont des faux dieux. Ceux qui y croient sont des mécréants dont la mise à mort est quasiment morale ».

Là encore, à mon sens, la formulation est dangereusement inexacte. Ce n’est pas « se soumettre à la théorie de l’Un » qui peut conduire à la perversion et à la barbarie. Le mal vient du fait de diviniser sa propre conception de l’Un, ce qui est très différent. Je peux croire en l’Un, je peux penser qu’il n’y a qu’un Dieu et cela ne pose aucun problème à personne si je sais que la façon dont je pense l’Un m’est personnelle, ou qu’elle est commune à tel groupe auquel je peux appartenir.

Je relativise alors ma croyance, voire ma certitude en reconnaissant que d’autres peuvent avoir d’autres conceptions de l’Un ou n’en avoir aucune.

« La responsabilité pour autrui »

Le penseur talmudiste Emmanuel Levinas, remarque enfin Bernard Ginisty, « n’a cessé de voir dans la responsabilité pour autrui la source d’une identité humaine qui refuse les barbaries ». En substance, pense Levinas, je suis unique si je me reconnais « élu » (au sens biblique) pour être responsable, inconditionnellement, pour autrui : « Où est mon unicité ? écrit-il. Au moment où je suis responsable de l’autre, je suis unique. Je suis unique en tant qu’irremplaçable, en tant qu’élu pour répondre de lui. Responsabilité vécue comme élection ».

Là encore, la formulation présente des dangers quant à son interprétation. Car se déclarer « responsable pour autrui », c’est prendre le risque d’être responsable « à sa place ». Cela peut conduire à s’éprouver d’une certaine façon « supérieur » à l’autre, à l’infantiliser, à ne pas respecter les décrets de son for intérieur.

J’admets cependant l’idée de ma responsabilité vis-à-vis d’autrui, non pas comme résultant d’une « élection » mais du seul fait d’appartenir à l’espèce humaine. De même, je ne suis pas responsable DE l’autre mais AVEC lui de son propre sort, auquel le mien est lié. Et réciproquement.

La méthode ‘Véritale’ pour décrypter l’information

RCF, la radio chrétienne francophone, a réalisé deux interviews de votre serviteur. L’une porte sur mon combat pour une meilleure prise en compte de la déontologie dans le journalisme. L’autre concerne mon parcours spirituel et mon action pour l’établissement d’une vraie fraternité.

rc-jl-mlLa radio RCF est un réseau qui compte désormais 63 radios locales et 250 fréquences en France et en Belgique.

L'antenne bourbonnaise qui a réalisé les émissions est audible sur 96.9 FM. Elle diffusera deux interviews de moi aux dates suivantes :

  • Mardi 18 octobre 2016 à 11 :30
  • Dimanche 23 à 17 :00
  • Mardi 25 à 11 :30
  • Dimanche 30 à 17 :00.

> Les émissions sont réécoutables en ligne sur le site de la radio.

 

Les « sectes », si seulement nous les avions laissé tranquilles !

Ah ! Si seulement nous avions laissé tranquilles les « sectes », aujourd’hui notre vie serait plus colorée et bien plus drôle. Et les jeunes en quête d’idéal seraient certainement moins tentés par les massacreurs islamistes.

vinel - 2

Paul Vinel.

Par Paul Vinel

Aujourd’hui nous croiserions dans nos rues des dévots de Krishna en robe safran, une touffe de cheveux au milieu de leur crâne rasé, agitant une petite clochette et psalmodiant sans fin « Hare Krishna, Hare Krishna,… ». Pour nous déplacer, plus besoin de moyens polluants, juste monter sur notre tapis volant, installés dans la plénitude transcendantale, planant au-dessus des encombrements et des turbulences de la vie. Les adeptes des Elohim, vêtus des couleurs de l’arc en ciel, nous initieraient aux charmes de la méditation sensuelle et nous inviteraient à voyager dans les étoiles. Et bien d’autres…

Ah ! Si nous avions laissé tranquilles les sectes, aujourd’hui notre vie serait plus colorée et bien plus drôle. Surtout nous entendrions moins des « Allahou Akbar », et davantage des « Alléluia, Dieu tout puissant ». Parce qu’à la question inquiète des jeunes en recherche, « quel avenir pour nous, quel sens à notre vie ? », les amis de Jehova, Bible sacré à la main, auraient répondu, la main sur le cœur et avec la foi du charbonnier : « le Paradis sur Terre », et leur auraient enseigné la non-violence et l’amour du prochain.

Quelle tranquillité aujourd’hui cela serait ! Mais cela n’est pas.

Les adorateurs de la déesse Raison rejettent le sacré et le divin qu’ils ne comprennent pas, et les qualifient de balivernes et de superstitions. Ils se sont opposés avec force à toutes les sectes, petites ou grandes, bonnes ou moins bonnes. Et dans leur volonté de les éradiquer, ils ont leurré le peuple de France, ont mobilisé tous les média à leur service, les utilisant comme armes de manipulation massive, et ils ont fait voter des lois discriminatoires. Les sectes ont été privées de parole, discréditées, réduites à se taire.

Mais en même temps, à la question des jeunes en quête d’idéal, « quel avenir pour nous, quel sens à notre vie ? », les adeptes d’un islam violent et conquérant ont répondu : « l’Enfer sur la Terre et le Paradis d’Allah aux massacreurs ! » En l’absence de toute autre réponse, face au silence de nos responsables politiques, ces jeunes remplis d’énergie et avides d’action les ont crus et les ont suivis !

Aujourd’hui, notre société humaine est confrontée à des crises d’une extrême gravité. La plus grave sans conteste est la pollution généralisée qui met en danger la survie même de notre humanité. La seconde crise est l’augmentation constante du chômage. Certains pour la juguler proposent d’augmenter encore la consommation au risque d’aggraver davantage encore la pollution. Enfin la troisième crise concerne tous les conflits armés dans le monde, et plus récemment l’apparition et l’extension du terrorisme islamique. Désormais il n’existe plus d’endroit dans le monde où la paix et la tranquillité soient assurées.

Parce que toute occupée à améliorer le confort matériel des individus, notre société a largement négligé les aspects religieux et spirituels de l’existence. « Dieu est mort » entendions-nous. Et quand les terroristes islamistes ont crié « Allahou Akbar », gloire à Dieu, cela a été la sidération, un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Que des anges de la mort rendent gloire au Créateur de toute vie, et voilà toutes nos valeurs fondamentales sens dessus dessous. Les cycles de vie et de mort se suivent et s’enchainent, mais Dieu, lui, ne meurt jamais. Il est l’Eternel Présent. Nous avons voulu l’éliminer en interdisant sa présence dans les écoles, mais il s’est juste manifesté ailleurs avec encore plus de force. Et s’il faut regretter une seule chose, c’est justement cette absence de Dieu dans nos écoles : à cause d’elle nos écoliers sont des ignorants en religions, incapables de faire la différence entre une doctrine intolérante et haineuse, et une doctrine d’amour respectueuse des convictions des uns et des autres. Il est urgent que Dieu retrouve sa place dans toutes nos écoles. Il est urgent d’éduquer tous nos enfants au fait religieux et de former leur capacité de jugement afin de leur permettre des choix éclairés.

Le développement foudroyant du terrorisme islamique a démontré que des individus étaient capables de tout abandonner pour poursuivre un rêve, le paradis d’Allah, rêve utopique et criminel certes, mais rêve assez fort pour les mettre en action. Parce que la nature humaine ne se satisfait pas seulement du simple confort matériel, elle aspire aussi à une vision transcendante de son passage sur Terre, elle aspire à dépasser sa seule constitution matérielle, elle aspire à une vision supra-matérielle de soi-même. Le Général de Gaulle avait bien compris ce besoin inné de transcendance pour chacun. Ce pourquoi aux français, il parlait de « la grandeur de la France ». Depuis nous avons oublié. C’est la force des islamistes d’avoir pris conscience de ce besoin vital enfoui en chaque individu et d’avoir su l’utiliser dans leur funeste projet. La guerre qu’ils nous ont déclarée n’est pas seulement militaire, elle est également une guerre des idées, des croyances et des valeurs, une guerre religieuse et spirituelle en somme.

Mais qui a les capacités pour les affronter sur ce nouveau champ de bataille ?

Un contre-discours à la propagande islamiste est urgent à mettre en place. Les islamistes ont eu l’idée géniale d’appuyer leur discours sur « la volonté d’Allah », autorité suprême et difficile à contrecarrer. Nos dirigeants n’ont jamais été formés au langage religieux. Ils sont incapables d’élaborer une doctrine basée sur de tels concepts. De même les groupements athées ou laïques : la plupart d’entre eux ont les religions en horreur, le langage religieux les indispose. Les religions officielles ont elles des arguments à faire valoir : c’est leur rôle. Mais elles ont également des problèmes à résoudre : leur audience a largement diminué et leur message devient dès lors inaudible. Même les autorités musulmanes peinent à élaborer un contre-discours et à se faire entendre. Leurs divisions internes et les interprétations multiples du Coran en sont la cause.

Restent cependant les minorités de conviction : celles-là même que nous avons refusé d’entendre. Largement décriées et dénigrées ces dernières années, accusées d’être sectaires, elles se sont forgées une identité dans l’adversité. Prosélytes, le langage religieux et les controverses leur sont familiers. Elles comportent des individualités brillantes, sont très diverses et proposent des réponses concrètes à de nombreuses questions existentielles. Elles offrent des perspectives à tous ceux qui recherchent une transcendance, un sens à leur vie au-delà du simple confort matériel. Longtemps reléguées sur le banc de touche, leur motivation à convaincre est grande. En pays musulman, certaines ont amené des musulmans déçus à les rejoindre. En prison, l’initiation à la méditation a permis la diminution de la violence et des récidives. Les minorités de conviction peuvent apporter beaucoup à notre société dans sa lutte contre la violence et la haine. Il est plus que temps de comprendre qui elles sont vraiment, d’étudier leurs diverses propositions, de voir comment les intégrer dans une stratégie globale.

Le temps n’est plus de subir passivement la violence, il faut mettre un terme aux actions terroristes. La guerre qui nous est imposée est d’ordre religieux : vouloir nous imposer un islam rigoriste par tous les moyens imaginables. Les actions militaires et policières sont certes indispensables, mais elles ne peuvent éradiquer à elles seules l’idéologie totalitaire sous-jacente.

Seuls un discours religieux et des outils spirituels peuvent permettre ce résultat.

> A voir :

 

Débredinoire présente sa page d’actualités sur Facebook

Débredinoire ouvre une page Facebook pour suivre l’actualité dans les domaines de son expertise : détection de l’intolérance intellectuelle (religieuse, spirituelle, thérapeutique, éducative, écologique…) ; alerte sur les abus des pouvoirs politiques et psychologiques ; promotion de la médiation, du débat constructif, des valeurs et des actes qui rassemblent.

FBK DEBVous pourrez désormais suivre l’annonce des articles de Débredinoire sur sa page Facebook, qu’il vous suffit de « liker » pour être informé en continu.

Outre ses articles originaux, vous pourrez découvrir les « partages » que le site estime digne d’intérêt dans les domaines désignés en introduction, où il a acquis une certaine expérience.

La ligne éditoriale de cette page est définie ainsi : « Actualités sur les freins mentaux et institutionnels au vivre ensemble. Promotion de la diversité intellectuelle, spirituelle, thérapeutique, éducative... »

Et vous pourrez facilement, soit aimer, soit détester, soit commenter, soit partager tous les posts publiés sur cette page.

Enfin, Débredinoire/Facebook pourra annoncer des événements, proposer des rendez-vous aux membres de cette large communauté de "créatifs culturels" qui travaillent sur eux-mêmes, croient en la force de l'esprit et en la fraternité, et œuvrent pour produire la beauté du présent.

Cette communauté disparate et mouvante, largement ignorée sinon méprisée par la représentation politique et les grands médias, pourra trouver ici une plateforme ouverte et évolutive pour se faire mieux connaître, communier et, pourquoi pas ?, envisager des actions collectives.

Débredinoire vous invite d'autant plus à suivre son actualité qu'il est le seul, à sa connaissance, à être animé par un journaliste professionnel dans ce domaine.

> Pour une vision plus approfondie de la démarche du site, voir la présentation de la grande enquête sur la liberté de pensée en France.

 

« L’engagement » : thème du 29e forum de Terre du Ciel (à Pâques)

Terre du Ciel tiendra la prochaine édition de son Forum du 19 au 21 avril 2014, sur le thème de « l’engagement », au Centre des Congrès d’Aix-les-Bains (Savoie). Je figure parmi les intervenants.

TDCPendant trois jours, une cinquantaine d’intervenants très engagés seront rassemblés pour témoigner de leur parcours et interpeller les participants au Forum.

J'interviendrai sur le thème : "Le changement de paradigme, les pouvoirs publics et les médias".

Les différents intervenants à la table ronde "Changement de paradigme, pouvoirs publivs et médias".

Les différents intervenants à la table ronde "Changement de paradigme, pouvoirs publics et médias".

Les Forums Terre du Ciel offrent de vivre une expérience unique, où âme, corps, esprit sont nourris au travers d’un maillage de conférences, ateliers interactifs, pratiques corporelles et d’intériorisation, danse et musique vivante.

Chaque année 1000 personnes, tous des créatifs culturels, participent à ces grands rassemblements.

Pour tenter l’expérience, retrouvez le programme ainsi que toutes les informations pratiques.

> Terre du Ciel : informations et inscriptions : 03 85 60 40 37.