Sciences de l'esprit

Méditation de pleine conscience : une étude du Lancet réfute l’avis de la Miviludes

La « méditation de pleine conscience », classée « dérive sectaire » par la Miviludes, est déclarée au moins aussi efficace que les antidépresseurs par une étude parue dans le Lancet.

Capture d’écran de l'article du Point. C’est une étude de la célèbre revue médicale The Lancet, signalée par l’AFP et reprise par différents médias nationaux (Le Monde, Le Point, etc.) qui l’affirme : les thérapies basées sur la « méditation de pleine conscience » (MPC) sont une « alternative » aussi efficace que les traitements standards avec antidépresseurs contre les rechutes de dépression.

L’étude donne des « preuves solides de l'efficacité » de la méditation de pleine conscience « pour les patients qui veulent une alternative » aux antidépresseurs. Elle ne va pas jusqu’à dire que l'on pourrait établir une supériorité de la méditation sur les antidépresseurs en termes d'efficacité et de coût. Mais ce n’est déjà pas mal !

Jusqu'à maintenant, aux personnes à risque de rechute, on recommande les « traitements d'entretien » par antidépresseurs. La technique de méditation baptisée thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (Mindfulness Based Cognitive Therapy, ou MBCT, en anglais) pourrait avantageusement les concurrencer.

Sorte de méditation laïque, la MPC consiste à focaliser son esprit, ses pensées et sensations sur l'instant présent. Elle a été mise au point par Jon Kabat-Zinn, professeur de médecine émérite à l'université du Massachusetts, docteur en biologie moléculaire.

Evitant les délétères effets secondaires de la pharmacologie, cette démarche se répand depuis quelque temps en entreprises et dans certains hôpitaux.

RP lorrainOn savait déjà que les médecines douces, dont la méditation fait partie, étaient considérées par les « antisectes » comme des « dérives sectaires ». On a appris récemment (Républicain lorrain du 18 octobre 2014) que la méditation de pleine conscience elle-même était placée dans leur collimateur. La raison : c‘est une pratique qui soutient un enseignement « non-dualiste » !

Il faut donc le savoir : le dualisme est devenu une « norme philosophique » officielle, l’Etat et son bras armé sur le terrain combattant désormais « l’enseignement non-dualiste »…

Le chef de file de cette technique en Europe, le psychiatre Christophe André, a dû être ravi d’apprendre qu’il peut être considéré par les autorités françaises et les associations qui en sont le bras armé, comme un dangereux « gourou »…

 

6 réflexions au sujet de « Méditation de pleine conscience : une étude du Lancet réfute l’avis de la Miviludes »

    1. Jean-Luc Martin-Lagardette Auteur de l’article

      Un enseignement « non-dualiste » est basé sur une philosophie qui réunit en un seul tout le « sensible et l’intelligible ». Dans un document Miviludes/ministère de la santé/Inca destiné à prévenir les malades du cancer contre les charlatans, il est indiqué que faire un lien entre le corps et l’esprit, dans le cadre d’une thérapie non conventionnelle, est un critère de dérive sectaire…

      Répondre
  1. soinsvitalite

    La page du MIVILUDES sur Wikipedia a été modifiée. On peut maintenant y lire depuis ce matin :

    Controverses
    Au fil des années, les avis, publications ou déclarations de la Miviludes deviennent de plus en plus controversées et/ou sans fondement sérieux. On savait déjà que l’ensemble des médecines douces (ex : La médecine Ayurveda : médecine ancestrale indienne du IIe millénaire av. J.-C.) pourtant utilisées en parallèle par de nombreux pays occidentaux ou développés (ex : Suisse, Espagne, Canada), sont considérées par la Mission comme des « dérives sectaires ». Hors, il apparait depuis peu, que la pratique de la méditation en fait également partie.

    En 2014, dans un article paru dans le quotidien – Le Républicain lorrain, la Miviludes déclare sans réserve que la pratique de la méditation est placée dans son collimateur. Sa raison : c‘est une pratique qui soutient un enseignement « non-dualiste ». La Mission pointe directement ses origines bouddhistes et affirme :

    « Cet enseignement envahit les entreprises et le monde de l’éducation et nous manipule sournoisement »

    Hors en 2016, l’étude de la célèbre revue médicale The Lancet, affirme que les thérapies basées sur la « méditation de pleine conscience » (MPC) sont une « alternative » aussi efficace que les traitements standards avec antidépresseurs contre les rechutes de dépression. Cette étude a d’ailleurs été signalée par l’AFP et reprise par différents médias nationaux : Le Monde, Le Point

    Répondre
  2. Stempniakowski Tonny

    Sous prétexte d’infiltration, on tue, on empêche que le bon, soit. On ne peut museler et priver tout le monde d’approches évoluantes. Une voie ne peut être déclarée dangereuse, sous prétexte d’une autre mission.
    Je considère la Miviludes comme une secte gouvernementale, détruisant, intimidant, empêchant la libre expression de voies évoluantes et bénéfiques. Toucher une pratique de la philosophie Bouddhiste atteste du dérappage et démontre les véritables intentions de cette secte antisectes.
    Le monopole du Droit n’est pas légal.

    Répondre
  3. martine REYNAUD

    ceux qui n’ont aucune croyance à quoi voulez-vous qu’ils se rattachent ne les tuez pas en voulant les empêcher de faires leurs expériences personnelles si encore on pouvait les ramener à la foi en dieu malheureusement tout part un peu de tous les côtés à présent et les boudhistes après tout ont-ils quelques moyens pour apporter un apaisement à l’homme si désespéré de ne trouver aucune solution à ses problèmes je signale que pour ma part j’ai la foi mais voilà la foi part l’être a tant besoin de s’envoler au-dessus de son quotidien si monotonne

    Répondre

Laisser un commentaire