L’éthique est l’affaire de tous

Glané dans "courrier des lecteurs" de metrofrance, ce texte court mais plein de bon sens. A l´heure où l´on s´indigne quasiment en continu à propos des "affaires", il a le courage (rare) de mettre l´accent sur la responsabilité de... chacun d´entre nous.

 

Par Toury.

 

Les différentes affaires dévoilées ces derniers temps donnent une piètre image de nos personnalités politiques et de nos institutions. DSK, Karachi, Bourgi, Neyret, Servier pour les plus récentes, ne doivent pas nous faire oublier l’Angolagate, le sang contaminé, le vaccin H1N1, l’ARC, etc. A gauche comme à droite et de haut en bas de l’appareil gouvernemental, la justice, la police, le sport, rien n’est épargné.

 

Si les individus incriminés n’ont ni la force, ni la volonté, ni même l’intelligence de maintenir une certaine éthique personnelle alors qu’ils devraient de part leur statut se comporter de manière exemplaire, il en va donc de la responsabilité de ceux qui les entourent. L’éthique d’un groupe, que ce soit une nation, un parti, une association, une entreprise, un gouvernement, la police, la justice, une famille ou même un groupe d’amis, c’est l’affaire de chaque membre du groupe.

 

Outre sa propre responsabilité envers soi-même, il est responsable du comportement des autres membres du groupe. Ne rien faire, ne pas intervenir pour redresser la barre, c’est être complice de la détérioration de l’éthique du groupe et de l’ensemble de ses membres. Il va de soit que la Justice, la Police et le gouvernement doivent être irréprochables. Face à tout égarement, c’est donc à chaque citoyen qui se sent concerné de faire entendre sa voix, tout en faisant montre lui-même d´exemplarité.

Laisser un commentaire