Covid 19

Le virus, parfois vécu comme « malveillant », est-il intelligent ?


Par Nicéphore Plume

L’expression de certains commentateurs, journalistes ou scientifiques, amène aux questions suivantes : la Terre est-elle un organisme vivant ? Et le virus, son agent immunitaire ? À l’occasion d’une phrase allant dans ce sens prononcée par Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, Julien Hernandez, chroniqueur scientifique à Futura-sciences.com, compte bien le remettre dans le droit chemin.

Le journaliste de Futura-Sciences donne un cours de sémantique au président du Conseil scientifique.

Le journaliste de Futura-sciences écrit sur ce site : « Dans [une] intervention sur BFM TV, le président du Conseil scientifique qualifiait le virus d'intelligent et de diabolique. Qu'est-ce que cette formulation veut […] vraiment dire ? Pourquoi constitue-t-elle un abus de langage qui plus est malencontreux ? »

En bon matérialiste philosophique, l’auteur affirme l’incongruité de concevoir que le virus soit doté d’une intelligence propre. Supposer une « intentionnalité du SARS-CoV-2. Comme si, grâce à son intelligence […], il avait la capacité de comprendre les actions que nous menons pour éviter sa propagation et agir en conséquence. », quel « abus de langage malencontreux » !

Pourtant, le fait que tout organisme vivant fonctionne en tendant à préserver son intégrité, à survivre, est admis. Cela s’appelle l’immunité. Dans ce cadre, le fonctionnement des lymphocytes, des macrophages, du microbiote, etc… qui assurent l’immunité du corps humain, par exemple, ne sont pas pour autant affublés d’intentionnalité suspecte !

Certes un organisme, comme un animal, a une apparence familière, une enveloppe semblant l’individualiser, qui nous permet, l’assimilant à une entité analogue à la nôtre, de trouver « normal », cohérent, qu’il comporte les moyens de se défendre.

La Planète est-elle un organisme ?

La Planète en tant qu’écosystème est-elle un organisme, agressé par les agissements des hommes ? Est-ce que ce système vivant a à se défendre, à faire jouer son système immunitaire, s’il en a un ?

Peut-on assimiler la planète à un organisme ? Son unicité (elle ne se reproduit pas contrairement aux organismes habituels) en fait-elle une entité « non vivante » ? Qu’est-ce qu’un « être vivant » ?

Passer conceptuellement de l’expression « système vivant » à « organisme vivant » demande un saut sémantique que le matérialisme considérera sans doute comme une hérésie, contrairement à la majorité des cultures anciennes qui l’ont depuis longtemps intégré.

Mais, ni scientifiquement, ni logiquement, aucun argumentaire consistant ne me semble pouvoir s’opposer à cette approche. Par contre, il existe une vive réticence occidentale, devenue viscérale, à se rapprocher de ces centaines de conceptions « traditionnelles », par exemple amérindienne, celtique, hindoue, etc. qui considèrent vivante notre « planète mère ».

« Intelligence satanique »

Or, si la pression persistante de ce coronavirus amène l’humanité à constater que sa seule possibilité de survie est de revoir radicalement son mode de fonctionnement pour aller vers une production durable et raisonnée de richesses, réparties sainement, ce petit corpuscule aura bel et bien guéri la Terre et…sauvé l’humanité, considérée dans cette approche comme un organe - non négligeable - de son hôte. Il lui aura imposé par la force ce qu’elle ne parvient pas à décider par elle-même et qui est sa seule possibilité de ne pas s’autodétruire.

Est-il plus extraordinaire que de petites bestioles diverses parviennent à sauver un organisme humain, que de concevoir la même « intelligence » pour ce « satané » virus vis-à-vis de la planète ? Apparemment pas, au strict niveau de la raison.

En admettre l’hypothèse, mieux, favoriser et même provoquer cette solution de reconstruction des sociétés humaines dans la direction suggérée par la ténacité de ce maudit virus, transformerait cette apparente « intelligence satanique » en alliée salvatrice.

One thought on “Le virus, parfois vécu comme « malveillant », est-il intelligent ?

  1. CURCIO Agnès

    Une réflexion pertinente qui évoque en moi la parole qu’aurait prononcé le Chef indien Seattle, de la tribu des Suquamish  » Tout ce qui arrive à la Terre, arrive aux fils de la Terre. Ce n’est pas l’Homme qui a tissé la trame de la vie : il en est seulement un fil.Tout ce qu’il fait à la trame, il le fait à lui-même ».
    Cela nous questionne sur la vie, sous toutes ses formes…et la nécessité de passer « d’un monde à l’autre », grâce à une évolution des consciences.

    Reply

Laisser un commentaire