Politique

J’ai écrit au président de la République et au 1er ministre pour les alerter sur les dérives de « la lutte contre les sectes »

Les médias nationaux censurant toutes les informations susceptibles d’éveiller l’esprit critique concernant la politique nationale de lutte contre les « dérives sectaires », j’ai écrit à MM. Macron et Philippe pour les alerter sur quelques points sensibles, alors qu’une « réforme » de la Miviludes est actuellement à l’étude.

Par un courrier daté du 23 mai 2017, la Cour des comptes avait formulé, à l’attention du premier ministre, des « recommandations pour améliorer le fonctionnement de la Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires ».

En réponse à ce référé, le Premier ministre, Édouard Philippe, s’était engagé à moderniser la gouvernance de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Emmanuel Macron et Édouard Philippe.

Aucun élu, aucun journaliste, aucun média national, aucun intellectuel français n’a fait preuve du moindre esprit critique sur la politique « anti-secte » menée depuis des lustres par les différents gouvernements. J’ai cru de mon devoir d’interpeller les responsables au sommet de l’État sur cette carence. Et, pour l'illustrer, j'ai mis en avant trois points qui méritent réflexion :

Intolérance :

1017-2017  : mille ans de « chasse aux sectes » en France  !

Scandale d’État :

Aveuglée par son obsession antisectaire, la Miviludes a laissé libre champ au terrorisme islamiste

Déni de justice :

Laval (Mayenne)  : l’Etat censure le Cercle des Amis de Bruno Gröning lynché par la presse et sur Tweeter

Voici la teneur de la lettre que j’ai adressée le 13 novembre 2017 au président de la République avec copie au premier ministre :

Voici la réponse du chef de cabinet de la présidence :

> Depuis, silence radio.

9 réflexions au sujet de « J’ai écrit au président de la République et au 1er ministre pour les alerter sur les dérives de « la lutte contre les sectes » »

  1. Bécourt Thierry

    Bravo Jean-Luc pour cette nouvelle initiative. Nous savons très bien pourquoi le silence règne à nouveau ‘sur les colonnes’ … Ils savent ce qu’ils font les bougres, inutile de leur montrer leurs erreurs qui pour eux n’en est pas. Il semble bien que seule une élévation du niveau de conscience d’un nombre suffisant d’êtres humains pourra conduire au boycott et au changement nécessaire. J’ose croire que nous sommes en passe d’y arriver au vu de leurs raidissements…Le loup est aux abois et n’arrête pas de s’attaquer aux libertés pour museler les éveilleurs et éveillés… tant il est conscient de l’accroissement de notre puissance qui finira par un tsunami de l’amour que rien ne pourra plus arrêter et qui les emportera.

    Répondre
    1. Jean-Luc Martin-Lagardette Auteur de l’article

      Merci pour tout encouragement.
      Je suis d’accord avec toi pour dire qu’une élévation du niveau de conscience conduira au changement nécessaire.
      Mais, précisément, la diffusion d’informations censurées et le tirage du signal d’alarme restent à mon avis indispensables pour atteindre cet objectif. Même après plus de 20 années à crier dans le désert. Car certaines oreilles – et certains cœurs – commencent à entendre quelques échos qui les troublent…

      Répondre
  2. DANIEL

    La Miviludes concentre à mon sens trop ses efforts et peut-être pas toujours à bon escient sur les dérives liées à la santé ! Alors que parallèlement, elle semble bien absente sur les dérives des grands mouvements, tels les Témoins de Jéhovah auteurs de tant de destructions familiales et de contraintes psychologiques pour ne pas quitter le mouvement ou y revenir, empêchant ainsi les adeptes de changer librement de religion. Ils vont se plaindre ensuite d’être persécutés, alors qu’ils sont les bourreaux. Leurs plaintes vont s’entendre lors de leurs assemblées régionales actuelles sous le thème du “courage” ! C’est vrai qu’il faut du courage, dans une société démocratique et de fraternité, pour ostraciser les gens qui quittent un mouvement et les séparer de leurs parents ou enfants, tout en prétendant en plus le contraire.

    Répondre
    1. Jean-Luc Martin-Lagardette Auteur de l’article

      Si les TJ peuvent exercer leur foi, ce n’est pas faute, de la part de la Miviludes et des autres anti-spiritualités, d’avoir tenté de les neutraliser de multiples façons. Mais ils n’ont pas réussi, la Justice n’ayant pas trouvé motif de les interdire.

      Répondre
      1. DANIEL

        “Exercer sa foi” n’est qu’un élément de langage qui ne signifie pas grand chose ! Tout dépend de ce qu’on met derrière ce vocable. Les extrémistes islamistes ou d’autres bords exercent aussi leur foi !!!!!! La liberté de religion n’autorise pas tout ! Notamment de porter atteinte à la liberté de changer de religion par un chantage affectif qu’on demande aux adeptes d’exercer à l’encontre de leur famille qui quitte le mouvement. Il faut savoir, chez les Témoins de Jéhovah, faire la différence entre la vitrine et la réalité certes difficilement perceptible par quelqu’un qui n’a pas côtoyé cette organisation de l’intérieur. On ne peut que regretter la maladresse du gouvernement dans sa taxation des offrandes du mouvement dans les années 90. Son action eut été plus légitime et compréhensible dans une lutte contre les dérives réelles et tangibles, d’abord par une meilleure information du public sur le fonctionnement interne de l’organisation, ses dangers et ce qu’induisent ses principes et méthodes, ensuite par des mesures coercitives si besoin !

        Répondre
          1. DANIEL

            Je ne fais pas l’amalgame entre les TJ et les djihadistes, mais entre leur alibi strictement identique. Les préjudices sur les personnes ne sont pas identiques, non plus, mais sont cependant extrêmement douloureux ( dépressions suicides) et portent ainsi atteinte à la liberté fondamentale de changer de religion. Je sais jusqu’où peut aller la comparaison. La répression russe dont souffrent hélas les individualités revient à retirer la liberté de culte à une organisation qui la refuse aux autres ! Croyez moi, les TJ ne sont pas, que ce que l’ont vous montre ! Si cette organisation avait l’empathie qu’elle prétend à l’égard des personnes, beaucoup de choses seraient différentes. Je suis le premier à le regretter !

          2. Jean-Luc Martin-Lagardette Auteur de l’article

            Vous vous focalisez, sans doute pour des raisons personnelles, sur les TJ. Mais dans toutes les religions, y compris bouddhistes, il y a de gros écarts entre les paroles et les actes ! Et même, on peut retrouver ces écarts, parfois très larges, chez tous les individus…
            Alors, un peu d’humilité et de tolérance aiderait à la paix sociale.
            Et rien ne justifie la répression physique (emprisonnements) et financière (confiscation de biens) actuellement en cours en Russie. C’était l’objet de mon article. La tolérer et – pire – l’approuver, comme vous semblez le faire, serait contraire aux droits humains.

  3. DANIEL

    Je ne parle que de ce que je connais et évite de ne parler que la partie visible des icebergs. Je le fais sans haine en me bornant aux faits. J’ai des amis et de la famille TJ. J’ai de la famille qui a quitté les TJ et je constate le traitement qu’on lui fait subir. J’observe, j’interroge, j’écoute, je reconstitue le puzzle. Retirer la liberté de culte à une organisation qui la refuse aux autres me semble légitime, et équilibré. Ce que je regrette par contre c’est que ce soient des individus qui se trouvent entre l’enclume et le marteau. L’idéal serait ‘une action chirurgicale’ visant l’organisation et non les individus. Le premier bourreau n’est pas la Russie. Vous parlez de paix et d’humilité : je ne crois pas que les TJ soient des faiseurs de paix, et contraindre au retour, sous prétexte d’offrir le seul moyen de sauver leur vie, ceux qui les quittent ne me semble pas un signe d’humilité. C’est une des organisations la plus intolérante que je connaisse. Vous évoquer la notion de ‘droit humain ‘: sachez que lorsque vous abordez ce sujet avec des TJ qui ont des connaissances juridiques ( professions dans : Banques, assurances, services juridiques de Sté, avocats, notaires….) et donc de ce fait, quelque part un meilleur niveau de conscience de ce qui est légal, ils argumentent au final sur le principe suivant : ” On doit obéir à Dieu avant d’obéir aux hommes” …………..Fin des débats ! Je pense évidemment qu’il ne faut pas par principe faire obstacle aux minorités, parce que ce sont des minorités et qu’il ne faut pas par principe plaider pour des minorités, parce que ce sont des minorités. Il faut savoir aller au delà des apparences.

    Répondre

Laisser un commentaire