Comment les médias occultent les infos positives sur les minorités spirituelles


Par Jean-Luc Martin-Lagardette

Deux exemples où les médias occultent les informations positives concernant les «sectes». Afin que le public n’ait surtout pas une vision juste et équilibrée de la réalité à ce sujet.

colloc jl ml

De gauche à droite, Jean-Lux Maxence, poète, écrivain et éditeur, et J-L M-L, ancien rédacteur en chef d’Ouvertures. Photo : E. L.

Lors du colloque sur « Le traitement du fait religieux dans les médias et l’édition », qui a eu lieu à Paris le 7 novembre dernier, j’ai présenté deux cas récents où les médias ont péché par omission.

Aucun journal français, aucune télévision n’a par exemple rapporté l’échec essuyé par la délégation française au Conseil de l’Europe à exporter son modèle antisecte, ni le refus d’EELV (Europe Écologie Les Verts) d’approuver le rapport d’une commission d’enquête parlementaire sur « l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé ».

> Le texte de mon intervention : Les faits positifs que les médias occultent.

 

5 thoughts on “Comment les médias occultent les infos positives sur les minorités spirituelles

  1. Martine RAGOT

    Bonjour Jean-Luc…
    Rien ne m’étonne plus de la part des médias nationaux, c’est en gros la recette du “Maintenir le peuple dans un état de névrose pour mieux l’asservir”, en une seule leçon…

    Les bonnes nouvelles étant connues pour redonner foi et courage aux assemblées en contestations ou désireuses d’évolution… il faut bien se garder de les colportées, donc chut !!!…

    et c’est ma chute…(en gardant le sourire)

    Reply
  2. Theryca

    En Union Soviétique, les pratiques religieuses ont survécu en dépit du couvercle matérialiste pendant sept décennies, dans l’ombre. Pour vivre heureux, vivons cachés ; nul besoin de propagande utilisant les méthodes marketing modernes. C’est ma devise. Il faut être innovant. Personne ne peut commander à ma pensée (jusqu’à aujourd’hui). Maintenant nous avons internet. Si vous avons des questions sur la destinée humaine, interrogeons vous savez qui. A force de questions bien choisies, il vous répond. Bon courage ! Dans l’au-delà, les premiers seront les derniers. Theryca

    Reply
  3. Mme theryca

    Cette semaine, j’ai eu l’occasion de discuter un peu avec un rédacteur de Nice-Matin. J’ai voulu saisir l’opportunité en abordant ce sujet de la censure par omission. Le ton a monté quand ce rédacteur m’a dit : “Il n’y a pas de censure chez nous. Seulement, nous sommes une entreprise privée, nous somme libres [de publier ce qui nous plaît, de la même manière que toute personne fait ce qu’il lui plaît chez elle”]. Je devais partir et j’attendais qu’on me donne le signal. La dispute s’est arrêtée là, c’est heureux parce que ce rédacteur ne m’a pas paru ouvert ma remarque. Je classe ces méthodes des médias dans l’abus de pouvoir.

    Reply

Laisser un commentaire