Liberté d’expression

Caricatures : négliger les sensibilités et les convictions est légal mais toujours dangereux

Arrêtons la surenchère ! Pour ne plus vivre l’horreur d’autres assassinats barbares dus à des caricatures attaquant le « sacré », une réflexion en profondeur par delà le seul droit s’impose. Une réflexion pour un usage plus sage, plus responsable, plus fraternel, de la liberté d'expression.

Image : Pixabay Creative Commons.

Certes, c’est grâce à l’irrévérence, aux caricatures, à l’affranchissement des interdits que notre pays s’est libéré du joug des dogmes imposés. La moquerie et la dérision, notamment des dessins de presse, ont aidé à saper l’emprise de la religion sur les esprits et la tyrannie des despotes sur les corps.
Après des décennies de luttes et au travers de drames successifs, la liberté d’expression est parvenue à nous libérer de ces oppressions.
Elle a été consacrée dans nos lois. C’est un trésor inestimable qui continue à dispenser ses bienfaits près de 140 ans après la loi sur la liberté de la presse.
Sur notre sol, non seulement la religion catholique mais toutes les religions peuvent être – et sont – la cible de caricatures désobligeantes. C’est une excellente chose que cela soit possible, même si cela peut s’apparenter parfois à un blasphème. D’ailleurs, les représentants de ces religions, y compris musulmans en France (pour la plupart d’entre eux du moins) s’y sont faits, à contrecœur souvent, mais ils ont fini par accepter ce salubre exercice démocratique.
Mais cette histoire est l’histoire de la France. C’était et cela reste un mécanisme endogène. Nous ne sommes une planète isolée. Nous sommes en relation constante avec le monde, et immédiatement et partout aujourd’hui avec Internet.

Pas la même histoire

Dans le cas spécifique actuel, comment penser que le fruit de notre histoire puisse être compris d’emblée par nos voisins proches ou lointains qui ont connu un tout autre écosystème de pensées, de traditions, sous-tendu par une histoire des idées et des évènements aux antipodes des nôtres  ?
D’accord, nous nous comportons chez nous comme nous le voulons. Mais, quand les images humiliant les croyances sont le plus blessantes possible, nous touchons à ce que beaucoup ont de plus sacré chez eux, eux qui n’ont pas du tout la même histoire. Comment imaginer qu’ils puissent subir sans broncher ce qu’ils vivent comme une atteinte à leur dignité, voire à leur Dieu  ? Ne réagissons-nous pas tous vivement quand on nous attaque sur ce qui nous est cher  ?
Que ressentirions-nous Français, par exemple (et c’est un faible exemple), si un chef d’État étranger soutenait une caricature montrant une Liberté/Marianne se bouchant les yeux et pleurant, en voyant le président et nos compatriotes adorer les caricatures aux effets mortifères et se dire  : « C’est dur d’être aimée par des cons »  ?
Certes, nous n’irions pas pour autant assassiner l’auteur de la caricature. Là est toute la différence.
Si encore les blessures infligées par ces dessins aidaient à la transformation des mentalités ou à la qualité des relations entre les peuples, on pourrait y souscrire plus facilement.
Autre aspect de la question, qui a son importance  : la valeur « liberté d’expression » doit-elle être défendue inconditionnellement, même au prix du sang des autres  ? Ce principe est-il si "sacré", lui aussi, qu'il ne puisse jamais être contenu, notamment en balance avec la vie humaine ?
Sincèrement, quel caricaturiste, pas de façon générale mais dans un contexte très explosif, pâtirait de retenir un dessin très avilissant qui aurait pour conséquence quasi certaine d’envoyer certains de nous à la mort  ? Et de faire preuve d’imagination pour en produire plus malin  ? Ce ne serait plus Charlie, sans doute. C’est son droit de se comporter comme il se comporte. Mais Charlie n’est pas la France à lui tout seul.

Une conception partisane et doctrinaire

Le président de la République, qui lui représente notre pays, est parfaitement dans son rôle en défendant le principe de la liberté d’expression. Mais il a une responsabilité supplémentaire à celle de Charlie et de la presse en général. Il est la voix de la France dans le monde et se doit, dès lors, de représenter des valeurs universelles.
Or, si certains considèrent que le sens du sacré n’est pas une raison valable pour limiter leurs expressions, nombreux sont ceux qui pensent le contraire, y compris en France (Jacques Chirac, par exemple) et dans le monde occidental (Justin Trudeau, au Québec), et pas dans une seule religion. Et même hors religion.
Le problème posé par les caricatures et leur réception dans de nombreux pays à connotation musulmane n’est pas en fait une question de droit mais de sensibilité et de conviction, dimensions au contour fluctuant mais aux pouvoirs incommensurables qu’il est toujours dangereux de négliger ou de mal mesurer.

« Le dieu de la terreur qui demeure dans l’âme »

« Les catastrophes gigantesques qui nous menacent, écrivait C. G. Jung dans « L’âme et le vie », Buchet-Castel, 1963, (…) sont de nature psychique. À un degré effroyable, nous sommes menacés de guerres et des révolutions qui ne sont rien d’autre que des épidémies psychiques. À tout instant, des millions d’hommes peuvent être pris d’une folie qui nous précipitera à nouveau dans une guerre mondiale ou dans une révolution dévastatrice. (…) L’homme d’aujourd’hui est menacé par les puissances élémentaires de la psyché. Le psychique est une grande puissance qui dépasse de beaucoup toutes celles de la terre. Le siècle des Lumières, qui a enlevé à la nature et aux institutions humaines leur caractère divin, a ignoré le dieu de la terreur qui demeure dans l’âme ».
Un simple dessin, en touchant aux représentations psychiques les plus fondamentales, peut très bien déclencher ce genre de cataclysme. Comment, dès lors, ne pas réfléchir à sa responsabilité en s'efforçant de concevoir une expression qui respecte sa conviction intime, sans pour autant s'autocensurer ?

En érigeant les caricatures de Charlie Hebdo en symbole de la liberté d’expression, le président Macron abandonne l’universel, car il prend fait et cause pour l’une des deux conceptions ("le sacré[1] n’est pas un motif pour encadrer la liberté d’expression"). Il dénature par là-même la précieuse laïcité qui, elle, se doit de ne pas prendre parti pour les conceptions des croyants ou des non croyants.
Dans le cas présent, la liberté de salir le sacré, la transcendance, n’est pas universelle, mais doctrinaire, partisane, inspirée par l’athéisme ou le matérialisme (dont nombre de rédacteurs de Charlie sont des partisans déclarés). Cette conception n’est déjà pas rassembleuse en France (voir le débat actuel sur l’Observatoire de la laïcité). Comment dès lors pourrait-elle être comprise dans les pays dont la fibre religieuse est à fleur de peau  ?

Comportements-limites


En tant que garant de la liberté d’expression, le président a le devoir d’en maîtriser pleinement la nature et les contours, la rendant saine et bienfaisante. En tant que responsable de l’ordre public, il doit protéger les Français et ne pas soutenir certains comportements-limites entraînant quasi inéluctablement des meurtres.
Dans sa position, ce serait une erreur, voire une faute, que de consacrer, et donc d'encourager, un usage préjudiciable, bien que légal, de la liberté d’expression. Il ne s’agit pas pour autant d’un renoncement, d’une trahison de l’esprit de ce principe fondateur, bien au contraire. Car cet usage provocateur et hostile reste toujours possible en soi. Mais ce n’est pas à lui de le prendre à son compte, au compte de la France, sans aucune réserve.
Établissant une position bien plus laïque sur ce sujet, l’État sera alors à même de proposer des programmes d’enseignement de l’histoire ingénieux, diversifiés, enfin acceptables par toutes les sensibilités, au lieu qu’actuellement, horriblement, les enseignants sont les victimes expiatoires du dogme régnant.

(Merci à Olaf le Preux pour ses suggestions)

[1] Le sacré n’est d’ailleurs pas seulement religieux  ; je pense par exemple à l’innocence des enfants.

4 thoughts on “Caricatures : négliger les sensibilités et les convictions est légal mais toujours dangereux

  1. Baudouin Labrique

    Au-delà du drame atroce qu’ont subi les familles et les proches des victimes et pour aller un pue plus loin dans le débat concernant les attentats et les cibles concernées, voici ma réflexion concernant la liberté d’expression (extrait : merci de lire la suite sous le lien proposé avant de réagir au premier degré) :

    ” La liberté d’expression de la presse ou de tout autre organe ou personne ne peut pas conduire à malmener celle des autres, notamment pour ce qui touche à leurs croyances personnelles (certes à condition que ces dernières se limitent à la sphère privée et que cela n’occasionne aucun dommage pour autrui).

    Sous prétexte du droit intangible à la caricature et au blasphème (ce qui n’est certes pas admis dans tous les pays occidentaux), en s’y prenant trop souvent, gratuitement et d’une manière aussi virulente à l’image de Mahomet (comme je tenterai de l’expliciter ensuite), les dessinateurs de Charlie Hebdo (CH) ont pris bien trop de libertés par rapport aux règles basiques du bien vivre-ensemble et tout simplement à celles du respect élémentaire de l’autre.”

    Suite : « Liberté d’expression et sagesse socratique » :
    RetrouverSonNord.be/Liberte_Expression.htm

    Reply
  2. Shahid Naseer Ahmed

    Salam: Message islamique de paix à tout le monde. Bravo !Certainement la liberté d’expression doit être limitée et disciplinée sinon les conséquences ne sont pas appréciable. Insulter quelqu’un n’est pas une bonne valeur humaine & sociale. Haine est un arbre qui porte des fruits amères. A ce point je présente Notre slogan: “AMOUR POUR TOUS HAINE POUR PERSONNE”
    En tant que missionnaire de la Communauté Musulmane Ahmadiyya, j’assure tout le monde que l’Islam élabore le sujet de blasphème à plusieurs niveaux mais ne mentionne aucune punition ou vengeance. L’Islam conseille plutôt d’exercer la persévérance. Veuillez lire mon article à cet égard:

    https://ahmadiyya.fr/la-tolerance-et-le-blaspheme-en-islam/

    Reply
  3. Alain Duez

    Je partage globalement cette approche et j’ajouterai que cette défense aveugle de la liberté d’expression quand elle se joue dans le domaine très marginal des religions permet à la grande majorité de nos journalistes et commentateurs patentés de passer sous silence le très grave conflit d’intérêts auquel ils participent au quotidien en ne diffusant pas les bonnes informations qui permettraient de sortir de l’impasse écologique : il continuent de prêcher la croissance alors qu’il nous faut impérativement déconsommer ! Ils sont à la solde de leurs patrons milliardaires, entre-autres.

    Reply
    1. Shahid Naseer Ahmed

      Salam, Il y a un autre point à considérer à l’égard de caricatures du Prophète de l’Islam. Terrorisme est fait par certains, en minorité, qui montent leur appartenance à l’Islam et la majorité des musulmans sont bien pacifiques. Si quelqu’un désire faire des CARICATURES à tout prix basé sur son idéologie de LA LIBERTE D’EXPRESION, devrait faire des caricatures de CES TERRORISTES ( Dirigeants de QAIDA, EI, DAESH, BOKOHARAM, ETC.) Ce sont eux qui tuent et massacres les gens dans notre époque. Ou on devrait faire caricatures de ceux qui assassinent dans l’Eglise. Mais nul ne le fait.

      Faire des caricatures de Prophète de l’Islam n’est que pour PROVOCATION.

      Reply

Laisser un commentaire