Vient de paraître

Après les droits de l’homme, les droits de l’âme et du vivant


Par Jean-Luc Martin-Lagardette

L’âme humaine et les entités vivantes (plantes, animaux) sont animées par des champs bio-énergétiques et participent d’une même réalité. Mais, celle-ci, invisible, est largement ignorée par la science et par le droit. Un ouvrage original, écrit par une juriste roumaine et dont j'ai rédigé la préface, plaide pour la création de droits formels pour ces « bio-champs ».

couverture-livre-Cristina-Elena-Popa- Tache

Traduction du titre : "Vers un droit de l'âme et des biochamps des êtres vivants".

« Chaque personne humaine est UNIQUE. En plus d’être un citoyen et un individu, elle est une singularité, fondée principalement sur sa subjectivité, elle-même inobservable par quiconque de l’extérieur.

Seule la reconnaissance formelle de l’âme humaine et de son prix infini peut donner un nouvel enthousiasme pour le fait d’apprendre à être soi, à découvrir la richesse des autres, en communion avec la Nature et tous ses habitants.

Il faudra bien qu’un jour la représentation nationale ou internationale reconnaisse la souveraineté de chaque individu sur sa propre existence et sur son rôle dans son environnement. »

Ceci est un extrait de la préface que j’ai rédigée pour le livre de Cristina Elena Popa Tache.

Le 6 octobre dernier, cette avocate, chercheure scientifique associée à l'Institut de recherche juridique de l'Académie roumaine (ILRRA, Bucarest), m’envoie par mail son projet de livre intitulé « Vers un droit de l’âme et des biochamps des êtres vivants ».

« Une surprise et un merveilleux encouragement »

Cristina Elena Popa Tache.

Elle m’explique m’avoir adressé ce message après avoir lu mon livre sur les « Droits de l’âme. Pour une reconnaissance politique de la transcendance » (2008, L’Harmattan) : « Votre livre a été une surprise et un merveilleux encouragement. Scientifiquement, il est possible de développer ce droit. Techniquement parlant, les sources coutumières déjà existantes ont presque créé un tel droit. Je me suis inspirée de votre travail pour mener le mien. J'ai décidé d'écrire ce livre parce que j'ai l'impression que moi et les autres créatures avons « quelque chose » qui n'est pas assez protégé. Ce serait un grand effort d'étudier une telle science. L'humain, d'abord, deviendrait plus souverain qu'il ne l'a jamais été. Et comme ce serait merveilleux si l'attention de l'homme s'étendait de manière protectrice à tous les êtres vivants ! »

Puis, Cristina développe une solide argumentation basée sur une multitude de textes juridiques de toute nature. A travers ces références, elle voit se dessiner une évolution de la conscience vers toujours plus de respect envers les différentes formes du vivant.

« A part vous, écrit-elle dans son mail, je ne connais personne qui ait écrit sur la possibilité des droits de l'âme, c'est pourquoi je vous ai cité quelques fois dans mon livre. »

Après quelques échanges, elle me demanda si je voulais bien rédiger une préface à son livre. Ce qui fut fait.

« Décongeler l’abstrait du juridique"

Le livre est paru ce début novembre, pour l’instant seulement en roumain. Vous pouvez vous le procurer ici.

La préface est disponible en téléchargement sur academia.edu.

Voici la traduction de la 4ème page de couverture du livre de Cristina  :

« La préface de ce livre est écrite par la seule personnalité qui pouvait décongeler l'abstrait d'une expression juridique, Jean-Luc Martin-Lagardette, un génie visionnaire, cité partout dans le monde pour ses thèses en éthique journalistique et en philosophie de l’esprit.

Cette préface est un aperçu du texte que vous allez lire.

La pandémie a entraîné plusieurs désordres auxquels l'humanité et la planète entière ont dû faire face. Dans ces moments-là, nous sentons mieux nos vulnérabilités et nous pouvons faire le point. Maintenant, nous savons mieux où nous sommes forts et où nous sommes faibles. L'un des résultats de cette évaluation a été de constater que nous n'avons pas vraiment de droit à l'âme ni aux biochamps des formes de vie. Pourquoi les avons-nous analysés ensemble ? Découvrez-le dans le livre.

Quand j'ai senti que la protection des âmes manquait, j'ai essayé de lire quelque chose à ce sujet, mais je ne l'ai pas trouvée. Elle existe peut-être, mais je n'ai rien trouvé dans la façon dont j'ai traité le problème.

Couverture - verso

4ème de couverture.

Mon livre a une particularité notable : étant un livre de droit, on peut supposer qu'il s'adresse aux spécialistes, chercheurs, universitaires et étudiants des facultés de droit, des facultés d'études des religions, de théologie, voire des facultés de médecine ou d’études, des thérapies alternatives/complémentaires, y compris pour des études doctorales ou post-doctorales. Mais ce qui le distingue d'un livre de droit classique, c'est la question, pourtant d’intérêt universel, de l'âme et des biochamps. Le langage accessible à tous et l'intérêt croissant de tous pour ces sujets incitent quiconque à lire ce livre pour y découvrir un autre point de vue, une autre façon d’aborder le droits de tout le vivant, ce que personne peut-être n'a encore pensé dans cette globalité. »

> Les principaux travaux de Cristina Elena Popa Tache.

3 thoughts on “Après les droits de l’homme, les droits de l’âme et du vivant

  1. Michel Raoust

    Bravo Jean-Luc pour avoir inspiré cette avocate et chercheuse roumaine !
    J’ai hâte que l’ouvrage soit traduit en Français pour pouvoir le lire.
    « Les droits de l’âme », voilà une notion qui se prête à une réflexion renouvelée sur la nécessité pour l’Homme de vivre en harmonie avec tous les êtres vivants.

    Reply
  2. PATRICK JAKUBOWSKI

    Le concept d’âme,

    Le concept d’âme est aussi vieux que l’homme pensant sur cette terre ; Aristote avait écrit que tout a une âme, ce qui fut confirmé par la survenue du christianisme et l’idée d’un créateur partout présent ; la physique quantique vient en corroboration de cela, aujourd’hui . Platon, plus que tout autre a mis en évidence l’existence d’une âme pour toute chose, toutes espèces, en affirmant à juste raison que chaque individu d’une espèce a son plan parfait écrit dans le ciel ; nous vivons dans un  » opéra fabuleux  » ( Rimbaud ) institué par un Autre que nous , et où toute chose répond à une définition précise . Nous sommes la seule espèce à disposer de la liberté d’apprécier notre condition ou de la négliger, alors que toutes les autres n’ont pas ce loisir : elles subissent complètement leur sort, n’ayant pas la ressource intellectuelle pour s’en dédouaner. L’appréciation bienheureuse et totale de notre condition d’homme est laissée à notre libre arbitre, ce qui tend à signifier qu’elle dépend de la part de compréhension, de conscience et de reconnaissance que nous savons lui amener. Pour cela l’idée d’une âme immortelle est propre à nous stimuler.
    P J

    Reply
  3. Jean-Luc Martin-Lagardette Post author

    Précisions

    Pour Cristina, un bio champ est « un plan énergétique, un circuit qui correspond globalement à un organisme entier, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il permet une communication rapide dans tout le corps. C’est la matrice qui relie nos dimensions physiques, émotionnelle et mentale ».

    Selon un dictionnaire roumain, le biochamp désigne « un champ d’action propre aux organismes vivants, dans lequel les phénomènes électromagnétiques interfèrent avec les phénomènes bioénergétiques (bio- + champ) ».

    Selon l’avocate, prendre en compte ce concept permettrait, sur le plan de la santé par exemple, de donner une réalité juridique à une série d’approches non actuellement reconnues par la science dite « objective » : radiesthésie, aura, énergie vitale, chi, prana, etc.

    Reply

Laisser un commentaire