Diversité spirituelle

Gabriel Hagaï entre tradition, inspiration et prophéties


Par Michel Raoust

Le rabbin Gabriel Hagaï, linguiste, paléographe, poète, calligraphe et chanteur, s’investit dans le dialogue interreligieux. Il s’intéresse aussi aux mécanismes de la prophétie dans la tradition. En visioconférence le jeudi 26 mai 2022, à 19h sur Zoom, dans le cadre des Acteurs de la Diversité Spirituelle (DS).

Pour vous inscrire à la visioconférence Zoom
(gratuit)


Cycle de la Diversité Spirituelle
Jeudi 26 mai 2022 – 19h/21h


Gabriel Hagai

Inscrivez-vous sur notre formulaire

> Vous recevrez en retour un lien Zoom - Merci de bien vérifier vos spams.

Gabriel Hagaï

Gabriel Hagaï

Le rabbin Gabriel Hagaï est juif orthodoxe de tradition séfarade, formé à Jérusalem et à Boston (USA). Linguiste, philologue, paléographe, poète, calligraphe et chanteur, il est très investi dans le dialogue interreligieux et membre actif de plusieurs associations françaises et internationales promouvant la paix.
Père et grand-père, Gabriel Hagaï est également maître-initiateur dans une tradition mystique du judaïsme remontant jusqu’à Moïse. Il s’efforce de concilier tradition spirituelle, inspiration mystique et modernité.
Il fut lauréat 2019 de la médaille d’honneur Samaritaine pour des réalisations humanitaires.

« J’ai grandi entre Paris et Jérusalem. Ma famille juive était mélangée : séfarades turcs, européens, séfarades marocains et ashkénazes roumains. Mes parents étaient peu observants. J’ai reçu l’essentiel de notre tradition religieuse auprès de la génération de mes grands-parents [paix à leur âme], eux très observants.

Mon désir d’étudier la Torah pour devenir rabbin fait suite à une sorte d’expérience mystique, extatique, à l’âge de 17 ans, dans l’escalier du duplex de mes parents à l’époque.

Quatorze ans d’études

Ma formation de rabbin a consisté en plus de 14 ans d’études assidues à Jérusalem auprès des grands maîtres rabbiniques séfarades (marocains, tunisiens, irakiens, yéménites, syriens) de la génération précédente. J’ai suivi des enseignements ésotériques la nuit (de 2h à 6h du matin, toutes les nuits sauf celle de shabbat) durant 7 ans, auprès de quelques maîtres kabbalistes dans la confrérie desquels j’ai été initié (Sérekh haq-Qirba – la Voie de la Proximité).
Mon maître principal, Ribbî ‘Ôvadyâ Mîmûnî [de mémoire bénie] (1903-1999), était le 105ème d’une lignée de transmission ininterrompue depuis Môshè Ribbénu (Moïse, notre Maître) [paix sur lui].

Dans mes activités diverses, comme les conférences que je donne ici et là sur le judaïsme (la Tôra), je m’efforce toujours de transmettre, en plus de mon discours sur ce qui peut être divulgué, quelques-uns de nos enseignements mystiques – souvent jamais entendus auparavant par le public occidental – afin de montrer la profondeur de notre tradition spirituelle et son universalisme.

Un don certain pour les langues et les écritures

Dieu m’a accordé un don certain avec les langues et les écritures – qui pour moi participent d’un dévoilement particulier du Divin. Grâce à cela, je possède plusieurs diplômes universitaires (Université hébraïque de Jérusalem et École pratique des hautes études) en philosophie scolastique médiévale, en linguistique sémitique, en philologie, en épigraphie ouest-sémitique et en paléographie-codicologie hébraïque antique et médiévale. Cela m’a ouvert les portes de plusieurs universités et instituts d’études supérieures pour y enseigner.
En tant que paléographe-codicologue, j’ai eu le privilège de manipuler des manuscrits très anciens, parfois autographes d’un auteur rabbinique que j’admire (comme Maïmonide par exemple).

Je pratique des activités artistiques telles que la poésie, la calligraphie et le chant. Elles sont essentielles pour moi. L’art sacré nous rapproche du Divin, car il passe par le cœur plutôt que par le mental.

Recherches sur le mécanisme de la prophétie

Mon initiation mystique concerne – en plus de pouvoir guider les cheminants sur la Voie –, les Noms (Shémôt), les Anges (Mal’âkhîm), les Secrets (Sôdôt), les Rêves (Ḥalômôt), le Chariot (Merkâva), les Amulettes (Qemé‘îm), les Incorporations (‘Ibbûrîm), les Unifications et les Combinaisons (Yéḥûdîm we-Ṣérûfîm), les Saints Palais (Hêkhâlôt haq-Qodesh), les Exorcismes (Tiqqûnîm), les Réincarnations (Gilgûlîm), etc.

J’ai beaucoup voyagé pour des travaux personnels de recherche sur le mécanisme de la prophétie, afin d’essayer de comprendre pratiquement ce qu’était la prophétie israélite à l’époque biblique. J’ai été amené à rencontrer de nombreux maîtres mystiques, médiums, voyants et chamans de par le monde entier. Cela m’a confirmé dans l’authenticité de ma tradition spirituelle – tout en m’enrichissant au niveau personnel –, et que « Tout est Un » au-delà des différences extérieures. »

Pour aller plus loin :

> Sur Facebook :
https ://www.facebook.com/gabriel.hagai

> Sur academia.eu :
https ://icp.academia.edu/GabrielHagai

Laisser un commentaire