Une étude de l´Unesco sur l’autorégulation des médias

L´étude a pour champ les médias en Europe du Sud-Est et en Turquie. Mais elle a une portée universelle par ses problématiques et les solutions qu´elle analyse.

 


Cliquer sur l´image pour
télécharger l´étude.

« Pour faire face aux vieux dilemmes, les journalistes doivent être guidés par des normes professionnelles et déontologiques de haut niveau dans un environnement bouleversé par l’impact des nouvelles technologies », explique Jānis Kārkliņš, sous-directeur général de l’Unesco pour la communication et l’information. C’est la raison d’être de cette étude sur la mise en œuvre de mécanismes d’autorégulation créés, appliqués et suivis par des professionnels des médias volontaires, étude publiée à l’occasion de la Conférence sur l’autorégulation et l’éthique journalistique en Europe qui s’est tenue le 27 janvier 2011 à Paris.

 

Intitulé "Professional Journalism and Self-Regulation : New Media, Old Dilemmas in South East Europe and Turkey", l’ouvrage est une compilation d’articles rédigés par des experts qui examinent la situation en Albanie, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, au Monténégro, en Serbie, dans l’ex-République yougoslave de Macédoine, en Turquie et au Kosovo (selon la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations Unies).

 

Cette publication sera utile aux professionnels des médias, aux médiateurs de presse, aux chercheurs et aux acteurs de la société civile travaillant dans le domaine. Mais il s’adresse aussi à un public plus large. L’ouvrage est en anglais.

 

Cette publication a été réalisée dans le cadre du projet “Alignement sur les normes internationales dans le secteur des médias des pays d’Europe du Sud-Est”. Ce projet, qui s’est déroulé sur 30 mois, était mis en œuvre par l’Unesco avec le financement de la Commission européenne et en collaboration avec le Réseau de l’Europe du Sud-Est pour la professionnalisation des médias (South-East European Network for Professionalization of Media – Seenpm), l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (Osce) et l’Alliance des conseils de presse indépendants d’Europe (Aipace).

 

Laisser un commentaire