Scientologues : une naïveté bien américaine

Les Américains sont de grands enfants. La scientologie, qui émane de ce pays, est elle-même bien naïve. Installée en France, elle a cru pouvoir œuvrer en toute bonne foi. Elle a sous-estimé la réaction des garants de la bien pensance et du monopole de la santé. Résultat  : une condamnation pour escroquerie en bande organisée. Un récit en trois épisodes.

 


Le représentant français de la scientologie face à l´avocat, non pas des familles comme indiqué pour émouvoir
le téléspectateur, mais de l´Unadfi qui a été déboutée (voir explication dans l´article).

 

Je sais bien que mon discours risque de choquer, tant la scientologie est considérée dans notre beau pays de « libertés » comme une « secte » dangereuse qu´il faut à tous prix empêcher d´exister. La simple évocation de son nom provoque la haine, le rejet, la peur chez beaucoup de gens.

 

Il faut croire que personne ne réfléchit beaucoup ici, que les faits ont beaucoup moins d’importance que les croyances ou les sentiments.

 

Car, partant du récent verdict et de sa confirmation en appel, on est en droit de se poser quelques questions de bon sens. Par exemple, quand on fait un procès, en général, c’est qu’on s’estime victime d’un préjudice. Or, dans ces deux affaires, le procès et son appel, il n’y a pas de victime, ni présumée ni reconnue, de la scientologie. Les deux personnes qui avaient porté plainte se sont désistées. Il n’y a donc pas de préjudice à réparer, ni de mort, ni de blessé, ni de vol à déplorer, ni quoi que ce soit  : pas une personne physique n’est à l’origine du procès en appel  !

 

Un procès sans victime

 

Alors, comment ce procès a-t-il été rendu possible ? C´est le ministère public qui est à son origine, et deux personnalités morales : l’Unadfi et le Conseil de l’Ordre des pharmaciens se sont portés partie civile. L´une a été déboutée, l´autre a obtenu gain de cause.

 

L’Unadfi, qui se présente comme une courageuse association qui ose affronter le monstre scientologue pour défendre les faibles familles françaises, a vu pourtant, et à chaque fois, sa prétention à agir rejetée.

 

Les personnes bien informées savent que l’Unadfi est en fait un outil qui fut créé par la mouvance catholique pour contrer le succès croissant des minorités religieuses concurrentes. Et qu’elle a été récupérée par le gouvernement pour en faire une arme de propagande et de délation, ce qu’il ne pouvait, lui, ouvertement se permettre, étant en théorie garant de l’intérêt général et du bien commun. Mais c’est bien l’État qui finance, quasi seul et avec le fruit de nos impôts, cette pseudo association qui, loin de réunir les cotisations de familles victimes des « sectes » dont elle se présente comme la protectrice (voir la légende dans la photo de droite ci-dessus), n’œuvre en fait que pour diaboliser les mouvements spirituels "pas catholiques"…

 

L’Unadfi est déboutée

 

C’est d’ailleurs ce qu’a reconnu le dernier jugement d’appel. Comme cela arrive souvent en justice, l’Unadfi a été déboutée  : sa capacité à agir n’a pas été reconnue. Le tribunal a en effet déclaré qu’elle n’était pas autorisée à déclencher une action civile. Car l’Unadfi ne défend pas les « familles » ni des « groupements de familles ». Spécialisée dans la prévention des « mouvements à caractère sectaire » et dans l’assistance des familles « victimes de ces groupes », elle n’est donc pas « une association familiale » à proprement parler. Elle ne peut donc « agir sur le fondement de l’article L211-3 du code de l’action sociale et des familles dans la mesure où les agissements reprochés aux prévenus ont porté atteinte aux intérêts moraux et matériels des familles ».

 

En outre, selon le tribunal, « l’Unadfi ne justifie d’aucun préjudice personnel résultant directement des actions reprochées ».

 

Le mal est fait

 

Mais ce n’est pas grave pour l’accusation  : le mal est fait. Le fiel répandu par l’association s´est répandu dans le prétoire et dans le public par son avocat. Les magistrats, s’ils ont débouté l’association, en ont parfaitement entendu les préjugés et les calomnies. Préjugés et calomnies dont le ministère de la justice a réinjecté une dose vaccinale dans leurs veines par le biais d´une circulaire diffusée à la veille du procès.

 

Préjugés et calomnies dont les juges sont également régulièrement abreuvés par la presse mais aussi et surtout lors de « formations » à eux offertes par l’ancien magistrat Georges Fenech. La Miviludes, service du premier ministre (hiérarchiquement, ce n’est pas anodin) que préside M. Fenech, organise en effet depuis des années des séminaires de sensibilisation sur la question des « dérives sectaires », en fait de la propagande, de « l’information » non scientifique, très orientée et n’ayant jamais passé l’épreuve de la contradiction.

 

Cela est aisément démontrable et a été démontré (voir tous les articles de la rubrique).

 

Donc, pas de victime, ni de préjudice contre les familles.

 

Alors  ? Reste le Conseil de l’Ordre des pharmaciens. Qui veut protéger son monopole de distribution des médicaments. Les pratiques de la scientologie constitueraient-elles de graves menaces sur la santé  ?

 

> Un ancien PDG s’insurge d’être présenté comme une victime de la scientologie qui vient d’être condamnée par la justice.

____________________________________

 

> A suivre dans un prochain épisode  : Comment le Conseil de l’Ordre des pharmaciens, qui n’a pas bougé contre le Médiator, qui ne bouge pas pour empêcher les plus de 30 000 morts par ans dues aux effets pervers des médicaments, obtient la condamnation de la scientologie pour exercice illégal de la pharmacie parce qu’elle diffuse à ceux qu’elle accompagne des cocktails vitaminiques qui n’ont causé ni mort ni blessé sur plusieurs décennies…

 

> A suivre également  : Comment en est-on arrivé à déclarer coupable d’escroquerie en bande organisée une association à vocation religieuse par la seule détermination d’une volonté politique et médiatique, et pour la seule raison que, selon le gouvernement et les médias, religion, santé et argent ne devraient pas être associés…

 

>> Avertissement : ces articles ne constituent pas une apologie de la scientologie mais une tentative d´équilibrer aussi faiblement soit-il l´information, en donnant des éléments factuels et des points de vue que ni la presse ni les institutions ne vous donneront. Pour que vous puissiez vous-mêmes vous faire votre propre idée sur la question après avoir entendu plusieurs sons de cloche.

Laisser un commentaire