Religions : revoir le rôle de l’État

Laïcité : le Concordat en Alsace-Moselle, qui permet notamment à l´Etat de salarier des prêtres, est une épine dans le pied de la République. Dans un dossier proposé par Hyperdébat et Ouvertures, je publie un encadré sur le nécessaire aggiornamento que l´Etat devrait engager sur la question très sensible de son rôle en matière d´aide aux religions.

 

 

« La République perd son âme en soutenant telle religion et pas telle autre. Et en soutenant telles religions dans une région et pas dans d’autres. La situation actuelle est fille de l’époque où le catholicisme dominait sans partage. Aujourd’hui, d’autres religions et des minorités spirituelles peuvent légitimement revendiquer une considération des pouvoirs publics. L’imbroglio ne peut que croître.

 

Mais pourquoi la puissance publique devrait-elle favoriser, directement ou indirectement, l’exercice religieux ? On peut considérer qu’elle est dans son rôle en soutenant l’épanouissement spirituel de ses citoyens, comme elle est déjà attentive à leur santé physique. Au nom de l’antique « mens sana in corpore sano », toujours valable, l’État peut légitimement se préoccuper de la santé psychique des Français, connus par ailleurs pour être des boulimiques de psychotropes et neuroleptiques de toutes sortes.

 

Mais religions et psychisme ou spiritualité, ce n’est pas la même chose !

 

L’État devrait avoir le courage de prendre de la distance vis-à-vis du passé et des lobbies religieux et de s’engager plutôt dans l’aide à la libération du mental, ce que les neurosciences, notamment, permettent d’envisager avec rationalité et ouverture d’esprit, c’est-à-dire dans le respect de la diversité des approches.

 

Il ne s’agirait pas, bien évidemment, d’imposer une laïcité sectaire ni de diaboliser les dogmes religieux existants. Mais plutôt d’aider à la réflexion argumentée, à l’acquisition de connaissances sûres et évolutives, dans le cadre d’une épistémologie rigoureuse et attentive au pluralisme des voies de recherche.

 

En fait, le rôle de l’État serait de favoriser l’art d’apprendre et de comprendre avec curiosité, nuance, souplesse et exigence qualitative. L’art de se forger une opinion en toute connaissance de cause, à l’abri (ou en toute conscience) des influences extérieures et intérieures à chacun. L’art de devenir un citoyen autonome de pensée – et responsable de son destin. »

Laisser un commentaire