Quelle indépendance pour Le Monde après son rachat ?

Conséquence du rachat du quotidien national par le triumvirat Pierre Bergé, Xavier Niel et Mathieu Pigasse : la perte de contrôle par les journalistes, hier actionnaires de référence du quotidien. Ils en ont eux-mêmes accepté le principe lors d’un vote écrasant (90 %).  Comment Le Monde envisage-t-il désormais son indépendance  ?

 

Organisation d’un pôle d’indépendance

 

A la suite du lancement du processus de recapitalisation du Groupe Le Monde et de la perte consécutive par Le Monde et Partenaires Associés (LMPA) de sa majorité au sein du capital de Le Monde SA (LMSA), les actionnaires dits "historiques" vont s´organiser en "pôle d´indépendance" à but non lucratif.

Sa mission  : veiller à la préservation de l´indépendance éditoriale des publications du groupe.

Ce pôle sera structuré de façon, d´une part, à pouvoir exercer la minorité de blocage octroyée par les investisseurs, d´autre part à exercer les droits spécifiques qui lui sont conférés  : droit au maintien de sa participation en cas d´augmentation de capital ultérieure  ; droits de préemption en cas de cession des parts sociales, des droits d´acquisition en cas de changement de contrôle  ; droits d´information en cas d´entrée de nouveaux actionnaires. Le pôle pourra s´opposer, sous certaines conditions, à des opérations de cession.

Le comité d´éthique et de déontologie aura un droit de veto sur l´utilisation des marques du groupe.

 

Code d’éthique

 

La préservation de l´indépendance éditoriale au sein du Groupe Le Monde sera notamment assurée par la mise en place d´un code d´éthique, qui vaudra pour l´ensemble des publications et sites du groupe. Il sera annexé aux statuts de la Société éditrice du Monde (SEM), afin de lui donner une valeur statutaire.

 

Deux comités d´éthique et de déontologie

 

Deux comités d´éthique et de déontologie, l´un chargé du quotidien Le Monde et de ses suppléments et déclinaisons, l´autre des magazines du groupe, vont être créés.

Le premier sera composé de deux représentants de la Société des rédacteurs du Monde (SRM), un représentant des sociétés des cadres et employés du Monde, un représentant de la Société des rédacteurs du Monde interactif (SRMIA), un représentant de la Société des lecteurs du Monde, le directeur du journal, le directeur de la rédaction, deux personnalités qualifiées et indépendantes nommées par le conseil de surveillance de la SEM et une personnalité nommée par la Société des lecteurs du Monde.

Le directeur du journal Le Monde sera nommé par le conseil de surveillance de la SEM après avoir été préalablement entendu par le Comité d´éthique et de déontologie et agréé par l´assemblée générale de la Société des rédacteurs du Monde statuant à la majorité de 60 % des votants. Il est précisé qu´il doit être un journaliste.

 

 

« Soutenir un journal de journalistes géré comme un bien public »


L´Association Hubert-Beuve-Méry, qui est actionnaire de LMPA (environ 8 %), a annoncé, mercredi 22 septembre, qu´elle allait se dissoudre, estimant qu´elle n´avait plus sa place dans un journal contrôlé par des investisseurs privés.

L´association, créée en 1990, avait pour ambition et pour objectif de « soutenir un journal de journalistes géré comme un bien public. La nouvelle recapitalisation fait disparaître cette originalité, le journal passant sous le contrôle d´investisseurs privés. Cette modification n´est plus en cohérence avec les objectifs d´origine de l´Association.

Nous regrettons, de surcroît, que n´ait pas été créé un comité des sages composé de personnalités extérieures indépendantes et propres à traiter les conflits d´intérêts ».

 

 

Le code d´éthique, annexé au protocole d´investissement signé jeudi 23 septembre dans les locaux du Monde par les trois nouveaux actionnaires, ainsi que par les membres du Pôle d´indépendance et le directoire du Monde, prévoit que « les actionnaires du Groupe Le Monde disposent des pouvoirs que leur confère le droit des sociétés. A ce titre, ils veillent à la bonne marche économique du groupe et de ses publications, à la définition de sa stratégie et de ses axes de développement ». Ils « proclament leur attachement à l´indépendance éditoriale » des publications du groupe. Ils « ne prennent pas part aux choix éditoriaux, ils n´assistent aux conférences de rédaction que sur invitation de la direction du journal ou de la rédaction, mais n´y interviennent pas. Ils s´interdisent en outre de commander un article et de donner des instructions pour modifier un article ou empêcher sa publication ». 

En résumé, « les actionnaires du Groupe Le Monde garantissent l´indépendance économique de ses titres, mais se gardent d´intervenir dans leurs choix éditoriaux et leur traitement de l´information ».

 

« Une information de qualité, précise, vérifiée et équilibrée »

 

Ce code d´éthique aura valeur statutaire : il ne pourra pas être modifié sans un accord de l´assemblée générale des actionnaires à la majorité des deux tiers. Il précise que « la vocation des titres du Groupe Le Monde est de fournir, sur tout support, une information de qualité, précise, vérifiée et équilibrée. Les journalistes doivent porter un regard critique sur l´information et faire écho au pluralisme des opinions ».

Le code comporte la Déclaration des droits et devoirs des journalistes, adoptée en 1971 à Munich, dite "charte de Munich".

 

>> Source  : lemonde.fr

Laisser un commentaire