Mettre en culture l´innovation

Mettre en culture l´innovation

 

 

Vivagora

Association à but non lucratif (loi 1901), VivAgora se focalise sur le vivant, ses échelles et ses technologies. Elle propose des outils pour développer le volet social du développement durable, trop souvent oublié, et pourtant incontournable pour construire dans la négociation, les priorités communes.

Elle s’emploie à mettre en œuvre une réelle « gouvernance à cinq » à l’instar du Grenelle de l’Environnement. La position d’indépendance de VivAgora lui permet de se poser en médiateur, en lieu et place des opérateurs. Elle peut constituer ainsi un « tiers-garant » indispensable pour instaurer un dialogue respectueux et constructif.

Il s’agit pour elle de :

- Fonder une nouvelle relation de la société à l’innovation en plaçant l’homme et sa qualité de vie au cœur des préoccupations. Cet effort implique de « socialiser l’innovation », lui donner « du sens », c’est-à-dire permettre aux citoyens de s’emparer des enjeux technologiques, et de s’exprimer pour définir le « souhaitable » parmi tous les « possibles ».
- Développer des projets robustes en ajustant logiques d’innovation et logiques sociales. Cela implique des stratégies ouvertes et opportunistes, à l’écoute des émergences, des contraintes et réglementations mais aussi des aspirations et des désirs.
- Proposer les instruments pour que le débat social ait prise sur les choix scientifiques et techniques.

VivAgora considère que les choix scientifiques et techniques concernent chacun et ne sont plus seulement l’affaire de la « technostructure ». Elle développe des outils et démarches pour faciliter :

- l’accès à l’information et la mise en débat (compétences des acteurs)
- la compréhension des enjeux sociaux des développements technologiques
- la participation des acteurs concernés de la société civile aux choix technologiques (influence).

Elle entend ainsi permettre aux citoyens d’être acteurs d’une vie démocratique qui limite la destruction des « biens communs » et peut déployer une justice environnementale et sanitaire. Elle considère que le dialogue social est nécessaire pour déployer dans l’innovation des logiques durables, humaines et solidaires.

 

 

 

Laisser un commentaire