La Miviludes pousse les Français à lui « signaler une dérive sectaire » sur le Net

On pensait que les horreurs de deux Guerres nous avaient définitivement guéris de telles pratiques. Eh bien non  ! La Miviludes est tellement sûre de son bon droit qu’elle n’hésite pas à recourir à cette pratique ignominieuse.

 

« Plus jamais ça  ! », qu’ils disaient. De nombreux Poilus survivants de la Première Guerre mondiale ont consacré le reste de leur existence à tenter d’éradiquer tout ferment de haine et à inviter les citoyens à la fraternisation.

 

Mais les leçons de l’Histoire ne sont apparemment toujours pas assimilées.

 

La Miviludes, qui s’enorgueillit de lutter contre les « sectes », en fait qui combat les minorités spirituelles, après avoir poussé les médecins à dénoncer leurs confrères, invite désormais carrément tous les Français à la délation.

 

Sur son nouveau site, chacun peut désormais donner des renseignements à la Miviludes sur des agissements qu’il suspecte d’être sectaires.

 

 

Un avertissement précise même que  : « Vous êtes informés que l´ensemble des éléments que vous nous transmettez est susceptible de faire l´objet d´une transmission par la Miviludes aux autorités administratives ou judiciaires compétentes ». Autrement dit à la police, la gendarmerie, à la justice, ou à tout autre organe de répression.

 

Allez-y, chers compatriotes, défoulez-vous  ! Vous auriez tort de vous gêner : vous avez la bénédiction du premier ministre dont dépend la Miviludes.

 

Si encore nous avions la garantie que chaque cas serait examiné loyalement, de façon équilibrée, non arbitraire, scientifique et contradictoire, avec un souci d’équité, on pourrait (presque) comprendre cette offre...

 

Mais quand on sait que la Miviludes agit de façon autocratique, sans contrepouvoir, qu´elle refuse absolument d’être contredite, qu’elle ment sur les chiffres de victimes pour justifier ses subventions, qu’elle refuse d’écouter ceux qu’elle accuse, et qu’elle a juré ouvertement d’avoir la peau de quelques grands mouvements bien connus, sinon de tous les mouvements décrétés "pas catholiques", on peut frémir…

 

N´y a-t-il pas, dans le gouvernement, au moins une personne de sensé pour mettre le holà à cette dérive ?

Laisser un commentaire