La jeunesse éternelle pour demain ?

Sur le site du NouvelObs du 5 octobre, cette annonce :

 

RECOMPENSES – Le Nobel de Médecine à un trio américain pour la télomérase

« Le premier Nobel de la semaine a été décerné à l´Australo-américaine Elizabeth Blackburn et aux Américains Carol Greider et Jack Szostak pour leurs travaux sur la télomérase, une enzyme qui pourrait être la clé de la jeunesse éternelle [souligné par nous].
« En 2006, ils avaient déjà reçu le prix Lasker pour leur travail sur cette enzyme qui pourrait être la clé de la jeunesse éternelle car elle est impliquée dans le vieillissement cellulaire. Elle joue également un rôle déterminant dans la cancérisation des cellules. »

Promettre la « jeunesse éternelle » constitue à mes yeux une grave dérive dont la presse est coutumière en annonçant monts et merveilles à chaque découverte scientifique d’importance. En effet, la plupart du temps, le désenchantement suit. Le nombre de malades, de morts et de maladies nouvelles est toujours terriblement élevé. Et les hôpitaux sont toujours pleins. On avait soulevé beaucoup d’espoir, par exemple, avec le génie génétique : il a bien fallu en rabattre. Le cancer, dont on a plusieurs prédit qu’il serait bientôt vaincu, fait toujours 150 000 morts en France chaque année.

Ces promesses mirifiques régulièrement entretenues par les grands médias font croire aux braves gens que la science va bientôt résoudre tous leurs malheurs et qu’ils peuvent donc conserver leurs modes de consommation mortifères : les savants veillent sur leur santé.

Laisser un commentaire