Enquête Liberté de pensée

2 – Les « sectes », symptômes des maux et lacunes de notre société

La meilleure arme des ennemis de la diversité spirituelle, la plus puissante, celle qui a montré dans l’histoire des persécutions sa terrible efficacité, c’est l’amalgame que permet le mot indéfinissable de “secte”. On mélange tout dans cette notion injurieuse, bien pratique parce que sans définition précise et sans existence juridique, ce qui est pain bénit pour les calomniateurs.

pilori 1

Le pilori. Coutumes de Toulouse, 1296, BnF.
Les médias ont remplacé l'appareil en bois et démultiplié l'impact de la punition.

Végétarisme, nouvel âge, médecines naturelles, prière hors églises reconnues, désintérêt pour la télévision, scolarisation à la maison, appartenance à un groupe de taille international ou à un petit groupe local rassemblé autour d’une démarche originale, critique du système médical ou critique globale de la société, tout devient prétexte à stigmatiser l’original. En outre, le « coupable à priori » n’est même pas appelé à s’expliquer. Il suffit qu’il soit dénoncé comme « secte » ou suspect de « dérive sectaire » par une officine comme la Miviludes ou l’Unadfi pour être considéré comme ennemi de la nation. Et être exposé au pilori des médias...

Quelle régression au pays des Droits de l’homme ! Alors que nous avons été parmi les premiers à affirmer que tout accusé a le droit d’être confronté à son accusateur pour s’expliquer devant une cour impartiale, un homme ou un groupe d’hommes accusé en France d’être un gourou ou une “secte” est arbitrairement traîné dans la boue et socialement discriminé, sans jamais être entendu ! et avec la bénédiction (laïque !) de la majorité de nos concitoyens, des médias et des pouvoirs constitués.

La croyance en la culpabilité de l’autre fausse le jugement

À l’étranger d’ailleurs, on s’inquiète de cet esprit d’inquisition. Plusieurs pays plus respectueux de la liberté de penser, plus ouverts à la diversité des croyances et des pratiques sociales, protestent contre les pratiques françaises. En vain jusqu’à présent. Mais cela pourrait changer face à la volonté de la France d’exporter son "modèle" discriminatoire à l’échelle de l’Europe (nous y reviendrons).

Il n’est pas question, bien sûr, d’ignorer certains risques (inhérents à toute démarche spirituelle authentique) et certaines dérives. Encore faut-il combattre ces dérives dans tous les secteurs de la société – et pas seulement chez les minorités spirituelles !

Comment une "présomption de culpabilité" peut conduire à une immense erreur judiciaire.

L'affaire d'Outreau.- Comment une "présomption de culpabilité" peut conduire à une immense erreur judiciaire.

Encore faut-il également que ces délits soient effectivement constitués et prouvés. On a vu, dans l’affaire des « acquittés d’Outreau », par exemple, combien la croyance en la culpabilité de l’autre pouvait fausser complètement tout le processus judiciaire pourtant mis en œuvre par des professionnels et des organismes officiels. Que dire alors de culpabilités proférées sans information contradictoire, sans avoir suivi les circuits d’une telle instruction !

Au dire même de l’administration, et au vu de l’extrême rareté des condamnations, les cas avérés de dérives sectaires par les “sectes” sont exceptionnels. Ils ne justifient en aucune manière l’ostracisme dont les minorités religieuses ou thérapeutiques sont frappées dans leur ensemble.

C’est comme si l’on interdisait aux Français toute consommation de fruits et de légumes sous prétexte que 1 % de ces aliments contiennent des doses de pesticides supérieures aux normes admissibles…

Notre tâche, ici, va être de montrer qu’il est indispensable de manger des fruits et des légumes, quitte à se renseigner sur leur provenance et les conditions de leur production pour faire un tri. Les fruits et les légumes étant, dans notre métaphore, les enseignements spirituels différents.

Une chasse aux sorcières d’un autre âge

La chasse aux sorcières menée en France, digne d’un autre âge, masque une lutte contre des évolutions qui remettent en cause certains aspects du système en place. Cela est particulièrement visible dans le domaine de la santé.

Nos sociétés ont une conception très mécaniste du corps humain. Depuis Pasteur, le microbe est devenu un ennemi. L’essentiel de l’arsenal thérapeutique contre les maladies s’est donc orienté vers une éradication par tous les moyens de cet adversaire invisible. Au lieu de chercher à comprendre le pourquoi de son action néfaste, on le tue.

microbesAu lieu de chercher à savoir pourquoi le microbe, présent depuis l’origine dans l’organisme, se met soudain à le perturber. En cherchant seulement à éliminer le trublion, en oubliant le terrain dans lequel il végète, on s’abstient de décrypter le signal qu’il émet. On s’empêche ainsi d’agir efficacement sur les causes du déclenchement de la maladie. On se prive d’apporter une solution en profondeur aux maux que nous prétendons combattre. Tout en provoquant d’autres maux, comme les résistances aux antibiotiques et les empoisonnements chimiques par excès de médicaments.

De la même façon, les "sectes" sont, au pire, des symptômes des dysfonctionnements et des manques de notre société. Au mieux, elles annoncent des évolutions souhaitables, des préfigurations de paradigmes plus féconds. Dans un cas comme l’autre, les diaboliser et tenter de les dissoudre est injuste, vain ou contre-productif (elles se multiplient !). Les responsables, les décideurs et les intellectuels ont tous intérêt à étudier sereinement et sérieusement le problème - s’ils veulent vraiment aider à sa résolution.

Une certaine idée de la vérité

C’est par l'étude précise des faits, l’honnêteté intellectuelle, l’effort de penser par soi-même et le respect de l’autre que nous parviendrons à tisser entre nous tous les liens dont l’absence immobilise et sclérose notre pays. Et monte des catégories de population les unes contre les autres. La leçon de la dernière guerre ne sera-t-elle donc jamais apprise ? On dit : « Plus jamais ça ! » et chacun continue allègrement à taper sur ses boucs émissaires.

Il faut inviter chacun à rechercher lui-même le vrai (et non faire confiance à des entités qui ont intérêt à calomnier). Car le comportement d’une société, notamment vis-à-vis de ses marges, dépend en premier lieu du rapport qu’elle entretient avec la vérité, de la conception qu’elle a de la vérité. L’ensemble des lois, et des instances mises en place pour permettre leur application, a toujours pour base une certaine idée de la vérité. Que celle-ci soit expressément définie ou non. Qu’elle soit consciente ou non.

Par exemple, en France, seule la médecine « basée sur des preuves » est dite valable parce qu’elle est assimilée à la vraie médecine, tout le reste étant billevesées fuligineuses, voire criminelles. Or, assimiler connaissance scientifique et vérité est un abus cognitif.

Et si les "sectes", dans ce contexte, ont bien au moins une utilité, c’est celle de forcer notre réflexion sur la vérité et les modalités d’accès à cette (ou à ces) vérité(s), de nous pousser à approfondir notre connaissance de nous-mêmes, des autres, des fossés qui nous séparent comme des liens qui nous unissent, ainsi que des nos croyances, de nos illusions, de nos prétentions à connaître et… de nos atouts.

 > A suivre : 3 – Christianisme : des superstitions « exécrables » et « maléfiques ».

> Déjà paru : Sectes, religions et liberté de pensée : 1 – Une question éminemment politique

Laisser un commentaire