18 décembre : Journée internationale contre la sectophobie

Un collectif d’associations de défense de la liberté de conscience dans le monde, baptisé Corps et âmes, annonce une initiative pour le lancement d’une Journée internationale contre la sectophobie. La date proposée est le 18 décembre.

 

La raison d’être de la Journée internationale contre la sectophobie, son sujet central d’intérêt, le leitmotiv qui en informe chacune des actions demeure un phénomène universel, polymorphe et historique : la sectophobie.

 

Les différentes chartes des droits humains et de liberté de conscience n’auront de sens que lorsqu’elles se traduiront par une reconnaissance sociale des réalités spirituelles et thérapeutiques où la sectophobie sera absente. Pour réaliser cet objectif, Corps et âmes propose la tenue d’une journée annuelle dédiée à la reconnaissance sociale des réalités spirituelles et thérapeutiques.

 

Philosophie de l’événement

 

Malgré les principes de liberté affichés, beaucoup de personnes sont incapables de vivre leur orientation spirituelle, la vivent difficilement ou adoptent des modes de vie pour se protéger. Malgré les situations difficiles, la tenue d’une Journée internationale contre la sectophobie ne doit pas être construite sur une philosophie de « victimisation ». Au contraire, cette journée doit être une occasion de travailler avec les aspects positifs de la spiritualité et mettre en valeur la contribution positive des convictions « différentes » dans la société.

 

Les clientèles visées

 

La sectophobie est un phénomène insidieux qui a su se frayer des chemins subtils, discrets et habituellement invisibles. Il n’y a personne à l’abri de manifestions hostiles envers la spiritualité. Et, fort surprenant, certaines personnes engagées elles-mêmes sur un chemin différent adoptent des comportements sectophobes pour se mettre à l’abri de réactions dont elles pourraient être l’objet de la part de leur entourage. Une Journée internationale de lutte contre la sectophobie cherchera à rejoindre toutes les clientèles indépendamment de leur orientation spirituelle.

 

Engagement

 

Une Journée internationale contre la sectophobie n’appartient à personne en particulier. Elle est l’affaire de tous ceux et de toutes celles qui désirent un monde dépourvu de préjugés et capable de faire une place à tous et à toutes, indépendamment de leur orientation spirituelle. À l’instar de toutes les journées thématiques mondiales, celle dédiée à la lutte contre la sectophobie doit être prise en charge par tous les acteurs de la société civile : les associations de défense de la liberté de conscience et celles des autres diversités spirituelles, les syndicats, les employeurs, les entreprises privées, les gouvernements, les administrations publiques, les ordres professionnels et toutes les personnes à la recherche de l’égalité.

 

Les objectifs

 

Les objectifs proposés pour la Journée internationale contre la sectophobie sont de :

- promouvoir le développement de relations harmonieuses entre les personnes, indépendamment de leur orientation spirituelle  ;

- favoriser l’inclusion des personnes spirituelles dans la société  ;

- promouvoir la compréhension de la diversité des citoyens et des citoyennes sur la base de l’orientation spirituelle  ;

- faire échec à la discrimination sur la base de l’orientation spirituelle au regard de la Charte des droits de l’homme et du citoyen  ;

- susciter un esprit d’ouverture à la diversité et aux valeurs de notre société  ;

- démontrer les effets dévastateurs de la sectophobie  ;

- proposer et de mettre en place des moyens concrets de lutte contre la sectophobie  ;

- inciter les partenaires à organiser des activités de lutte contre la sectophobie  ;

- créer une concertation avec les partenaires  ;

- créer un moment de convergence des actions de lutte contre la sectophobie  ;

-mettre en place une structure capable d’assurer la survie et la récurrence de l’événement.

 

Un événement rassembleur

 

La Journée internationale contre la sectophobie est un événement rassembleur et un moment de convergence. Tous les partenaires sont invités à organiser des événements dans leur milieu. À titre d´exemple, elle est l´occasion :

- pour les parents, de dire à leurs enfants que, peu importe leur orientation spirituelle, cela n´affectera pas l´amour qu´ils ont pour eux  ;

- pour les enseignants et les enseignantes, de parler la sectophobie en classe  ;

- pour les bibliothèques, de mettre en évidence des livres sur la sectophobie  ; pour les employeurs, de mettre sur pied des programmes de lutte contre la sectophobie  ;

- pour les syndicats, d´organiser des activités de sensibilisation dans les milieux de travail  ; pour les groupes communautaires, de faire de la sensibilisation dans leur milieu  ;

- pour les télédiffuseurs, de présenter des dossiers et des documentaires sur la sectophobie  ;

- pour les journaux, de faire des reportages et des articles de fond sur la sectophobie  ;

- pour les radiodiffuseurs, de mettre à contribution des artistes, des personnalités et des œuvres favorisant la tolérance  ;

- pour les diffuseurs Internet, de retirer ou de refuser tout contenu à caractère sectophobe et de faire la promotion de la Journée internationale contre la sectophobie  ;

- pour les engagés spirituellement qui le souhaitent, de dévoiler leur orientation spirituelle  ;

- pour les législateurs, les gouvernements et les administrations municipales, de proclamer la Journée internationale contre la sectophobie et de s´engager à lutter contre la sectophobie  ;

- pour le grand public, de poser un geste symbolique.

 

> Merci à la Fondation Emergence à l’origine de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie, qui a inspiré ce texte.

 

>> L´infaux : l´actualité comme vous auriez aimé la lire.

Laisser un commentaire